Créer un coffee-shop : tout savoir

5/5 (2)

Comment ouvrir ou créer un coffee-shop ? Quel budget prévoir et quel est le matériel nécessaire ? Quelles sont les normes et réglementations à respecter ? Quel statut juridique choisir ?

Définition : Un coffee-shop désigne un café tendance. Le concept est né aux États-Unis dans les années 1970 avec le phénomène Starbucks.

Remarque : Le terme « coffee-shop » peut aussi désigner un établissement où l’on vend du cannabis (Hollande, Amsterdam). Ce n’est pas de cela dont nous parlons dans cet article.

Ce type d’établissement offre, dans une ambiance cosy, des boissons à base de café, de thé ou de chocolat et des snackings sucrés ou salés, à consommer sur place ou à emporter.

Voici les éléments incontournables qu’il faut proposer pour créer un coffee-shop dans les meilleures conditions :

  • de la wifi : les clients des coffee-shop veulent pouvoir se détendre ou travailler en nomade, une bonne connexion est donc essentielle,
  • une diversité de boissons: café, thé, chocolat… glacé ou chaud,
  • des pâtisseries et autres gourmandises,
  • un lieu confortable et cosy,
  • une musique d’ambiance feutrée.

Voici tout ce qu’il faut savoir pour créer un coffee-shop.

Voir aussi notre article : Créer un salon de thé.

Les tendances du coffee-shop et le marché.

Le marché du coffee-shop en France est relativement nouveau, et connaît une croissance supérieure à 10% par an. Le marché reste malgré tout étroit, avec moins de 60 millions d’euros de chiffre d’affaires annuel. Le concept du coffee-shop reste prometteur sur le long terme, dans un contexte marqué par l’effondrement du nombre de cafés-bars en France depuis les années 1970, passant de 100 000 établissements à moins de 40 000 aujourd’hui.

Café à thème où l’on aime se relaxer, travailler et échanger, un coffee-shop se distingue par son cadre agréable. Le concept a vu naître les tendances suivantes :

  • les cafés-librairies,
  • les coffee-shops sans alcool,
  • les coffee-shops « comme à la maison », avec des canapés et fauteuils confortables,
  • les coffee-shops aux ambiances anglaise, italienne, new-yorkaise…

D’autre part, une analyse d’Euromonitor International montre un nombre croissant de consommateurs prêts à dépenser plus pour une meilleure qualité de café. La culture de la consommation de café est en constante évolution ; de plus en plus de coffee-shops se créent autour d’une activité de torréfaction.

Créer en franchise ou sans franchise ?

Entre la notoriété immédiate de la marque, les tarifs négociés auprès des fournisseurs par la centrale d’achat du réseau, l’accompagnement à l’installation, et la stratégie commerciale de l’enseigne, entreprendre en franchise permet de limiter fortement les risques.

Si la franchise vous intéresse, sachez toutefois que vous devrez vous acquitter des droits d’entrée, en plus de la redevance annuelle et de l’apport personnel :

  • Starbucks : apport personnel exigé de 300 000€, environ 100 implantations
  • Colombus café & Co : apport personnel 80 000€, environ 65 implantations
  • Le Club : apport personnel 75 000€, 16 implantations
  • Coffea : apport personnel 50 000€, environ 50 implantations
  • Mais aussi French Coffee Shop, Illy, Etienne

Au delà de l’identité de chaque réseau, l’offre produit varie fortement d’une enseigne à l’autre.

Si votre concept est original, vous pouvez créer votre coffee-shop sans franchise. Cela vous évitera les droits d’entrée. Votre établissements devra faire ressortir votre personnalité : les clients viendront pour vos produits, pour l’ambiance mais aussi pour vous.

Quel diplôme et quelle formation pour créer un coffee-shop ?

Il est tout à fait possible d’ouvrir un coffee-shop sans diplôme. Il existe toutefois des formations accélérées de barista (préparateur de boissons à base de café).

D’autre part, si vous comptez vendre des pâtisseries que vous fabriquez vous-même, vous devrez disposer d’un diplôme de pâtissier ou d’une expérience professionnelle de trois ans minimum en tant que pâtissier, dirigeant d’entreprise ou travailleur indépendant pâtissier.

Le stage de préparation à l’installation n’est obligatoire que pour les artisans : si vous réalisez des pâtisseries maison, il est indispensable que vous suiviez ce stage avant de créer votre coffee-shop. Si vous vendez des pâtisseries sans les fabriquer vous-même, vous n’aurez pas à suivre de stage.

Créer un coffee-shop : les étapes.

Au démarrage du projet, les principaux obstacles consistent à trouver les financements et le bon emplacement.

Voici les principales étapes pour ouvrir un coffee-shop :

  1. Formez-vous (si besoin).
  2. Trouvez la franchise ou votre concept : le marché étant très concurrentiel, il sera indispensable de se distinguer par un concept clair et porteur. Le nom du coffee-shop, son offre et sa décoration doivent être validés par une étude de marché.
  3. Réalisez une étude économique : bâtissez un plan financier, listez les besoins et trouvez les aides et les financements pour votre démarrage,
  4. Identifiez le local ou le fonds de commerce à reprendre et signez un bail commercial, : c’est certainement le point le plus délicat. La qualité de l’emplacement est un facteur-clé de réussite, en sachant que les meilleurs emplacements sont souvent pris ou nécessitent de payer un droit au bail élevé,
  5. Effectuez les travaux et décorez la salle,
  6. Effectuez les formations obligatoires, notamment le permis d’exploiter (cas de la vente d’alcool) et l’hygiène alimentaire,
  7. Si vous faites de la vente à emporter, vous aurez à vous immatriculer au Registre des métiers, il faudra donc suivre le stage de préparation à l’installation,
  8. Choisissez votre statut juridique et enregistrez-vous (CCI ou CCI+Chambre des métiers),
  9. Lancez la communication et l’activité.

Ouvrir un coffee-shop : les normes et réglementations.

Remarque : depuis le 1er janvier 2016, le régime des licences des débits de boissons a été simplifié. Les licences des groupes 2 et 3 ont fusionné, ce qui permet de vendre des boissons fermentées non distillées et des boissons comportant jusqu’à 3° d’alcool ainsi que des vins de liqueurs, apéritifs à base de vin et liqueurs de fruits comprenant moins de 18° d’alcool.

Vérifiez que la zone ne soit pas protégée par arrêté préfectoral : il est interdit d’ouvrir un établissement avec vente d’alcool de troisième catégorie à proximité de certains lieux (hôpitaux, maisons de retraite, stades, piscines…).

Créer un coffee-shop est soumis aux obligations suivantes :

  • Respecter les normes d’hygiène (aménagement des locaux, équipement, température de conservation des produits, modalités de décongélation),
  • Suivre la formation « hygiène alimentaire dans la restauration »,
  • Suivre la formation « permis d’exploiter » (permis d’exploitation) afin de pouvoir servir de l’alcool, le cas échéant,
  • Effectuer la déclaration d’ouverture de débit de boissons auprès de la mairie (ou de la Préfecture de Police à Paris),
  • Respecter les normes de sécurité et d’accessibilité (sécurité incendie et accessibilité aux personnes handicapées) pour les ERP (Établissements Recevant du Public),
  • Obligation d’affichage des prix que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur du coffee shop (affichage des prix des boissons et des vins le cas échéant),
  • En cas de licence de débit de boissons, l’affiche relative à la répression de l’ivresse publique et à la protection des mineurs doit être visible,
  • L’utilisation d’ingrédients allergènes doit être indiquée sous forme écrite, lisible et visible,
  • Une signalisation doit indiquer l’interdiction de fumer,
  • Voir aussi les affichages obligatoires à l’attention du personnel
  • Horaires d’ouverture : ils doivent être conformes à ceux établis par votre préfecture,
  • Terrasse : Si vous avez la possibilité d’exploiter une terrasse, il faudra demander une autorisation en mairie,
  • En cas de diffusion de musique, il est obligatoire de payer l’adhésion à la Sacem.

Voir aussi notre article : Les taux de TVA dans la restauration.

Quel statut juridique pour ouvrir son coffee-shop ?

Exploiter un coffee-shop est une activité commerciale, et nécessite donc une inscription auprès du centre de formalités des entreprises de la Chambre de commerce et d’industrie. Toutefois, en cas de vente à emporter, une double immatriculation au Répertoire des métiers et au Registre du commerce et des sociétés (CCI) sera nécessaire.

Les statuts juridiques traditionnels suivants sont possibles pour créer un coffee-shop :

Si vous êtes seul, nous vous conseillons de créer une SASU. Si vous êtes plusieurs associés, nous vous conseillons la SAS.

Cliquez sur chacun des liens ci-dessus pour accéder au détail des statuts juridiques.

Équipement et matériel nécessaire pour créer un coffee-shop (hors franchise).

Il faudra prévoir pour ouvrir votre coffee-shop (estimation minimum) :

  • Un local à aménager : Comptez 3 000€ pour entrer dans le local (dépôt de garantie, premier mois de loyer etc..). Ajoutez 10 000€ à 50 000€ de travaux pour aménager le local.
  • Une avance de trésorerie importante : Il est conseillé de prévoir 15 000€ de trésorerie et 10 000€ de stocks. 25% de l’investissement doit venir de vos propres apports.
  • Les dépenses en équipement : Comptez autour de 20 000€ pour la vaisselle, les machines, la décoration, le mobilier etc.

 Rentabilité et modèle économique d’un coffee-shop.

Voici les principales caractéristiques économiques d’un café de type coffee-shop :

  • Des charges fixes importantes, notamment :
    • Le loyer, surtout si l’emplacement est recherché,
    • Les salaires, car il est souvent impossible de travailler seul,
    • Les impôts et taxes (CFE),
    • Les assurances,
    • L’eau et l’énergie (électricité, chauffage).
  • Des difficultés à recruter du personnel,
  • Des taux de marge confortables,
  • Une difficulté à obtenir des financements bancaires : les banques sont particulièrement frileuses sur ce type d’activité,
  • Beaucoup d’argent au noir : voir notre article Faire du black, les risques.

Un coffee-shop bien géré devrait présenter les caractéristiques suivantes :

  • Une masse salariale représentant moins de 35% des ventes,
  • Un coefficient de marge de 4 au minimum sur la nourriture (voire plus sur les boissons),
  • Un loyer ne dépassant pas 10% du chiffre d’affaires.

Pour résumer, les facteurs-clés de réussite pour l’ouverture d’un coffee-shop sont :

  • Un emplacement porteur,
  • Un service rapide,
  • Un accueil de qualité,
  • Un personnel fidélisé,
  • Une carte attrayante,
  • Un bon bouche-à-oreilles,
  • Des coûts et des investissements maîtrisés.

Un business plan coffee-shop.

Cliquez ici pour accéder à nos modèles de plan d’affaires et de plan financier pour coffee-shop.

Voir aussi nos articles :

Vous pouvez noter cet article !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Préparez votre création
Téléchargez notre pack création 100% gratuit

Contient 3 documents indispensables :

guide de l'étude de marché
modèle de business plan Word
modèle de plan financier Excel

Entrez vos coordonnées pour recevoir le pack création

Toutes nos félicitations...
Vous venez de télécharger le pack création !