Comment s’enregistrer ou déclarer son activité d’artiste ?

4.57/5 (7)

Se déclarer comme artiste : un véritable casse-tête ? Comment obtenir un numéro de Siret d’artiste ? Comment obtenir le statut d’artiste ? Peut-on se déclarer artiste libre ?

Tout d’abord il faut savoir ce qu’être « artiste » veut dire.

> Cet article est consacré aux ARTISTES AUTEURS OU CREATEURS, c’est-à-dire aux artistes qui produisent des oeuvres originales, ou oeuvres uniques : créateurs d’objets matériels ou d’éléments immatériels tels que tableaux, photos, sculptures, oeuvres d’art plastique ou graphique, mais aussi oeuvres musicales, audio ou vidéo, ou encore cinématographiques.

> A contrario, les producteurs d’oeuvres manufacturées identiques, même en séries limitées, ne sont pas à proprement parler des artistes. De la même manière, les bijoutiers-joailliers et les artisans d’art ou de luxe ne sont pas des artistes, mais plutôt des artisans qui doivent s’inscrire à la Chambre des Métiers. Cliquez ici pour accéder à la liste des Métiers relevant de l’Artisanat d’Art.

> D’autre part, les « interprètes » ou artistes du spectacle vivant (chanteurs, comédiens, acteurs, musiciens, intervenants du spectacle vivant) bénéficient du statut d’intermittent du spectacle : ils sont sous contrat de travail à durée déterminée, avec un régime de chômage spécifique et protecteur. Voir notre article Peut-on cumuler les statuts d’intermittent du spectacle et d’auto-entrepreneur ?

Quel régime pour les artistes auteurs ou créateurs ? Comment se déclarer ?

Tout d’abord les artistes ne peuvent pas se déclarer en auto-entreprise ou micro-entreprise.

1) En tant qu’artiste, vous devrez d’abord vous déclarer auprès de l’URSSAF : c’est le centre de formalité (CFE) compétent. Adressez-vous à l’URSSAF dont vous dépendez, ou prenez rendez-vous. A noter qu’il n’est pas possible de se déclarer en ligne. Vous obtiendrez un numéro de Siren.

2) Ensuite, en fonction de la nature de votre activité, vous devrez vous enregistrer en plus soit à la Maison des Artistes, soit à l’Agessa, pour assurer votre protection sociale.

  • Les activités d’artiste qui relèvent de l’Agessa : les écrivains, compositeurs de musique, scénaristes, adaptateurs, dialoguistes, réalisateurs, auteurs de doublage ainsi que les photographes (voir notre article S’installer photographe indépendant). Il s’agit souvent d’activités rémunérées par des droits d’auteur.
  • Les activités d’artiste qui relèvent de la Maison des Artistes : les peintres, dessinateurs, graveurs, lithographes (sauf articles manufacturés décorés main), les sculpteurs, plasticiens, tapissiers (pour des modèles tirés à huit exemplaires maximum), les fabricants de fresques, mosaïques et vitraux, les graphistes (quelque soit l’utilité économique ou culturelle des visuels produits), ainsi que les céramistes.
  • Voir le site La Sécurité sociale des Artistes auteurs.

L’Agessa, c’est quoi, comment ça marche ?

L’Agessa est un organisme qui fait simplement le « pont » entre les artistes et la CPAM : l’Agessa communique avec les caisses d’assurance maladie pour vous faire bénéficier des prestations sociales. L’Agessa ne verse pas de prestations mais recouvre pour le compte de la Sécurité sociale les cotisations et contributions dues sur les revenus des artistes.
Pour connaître les taux de cotisations et les modalités de déclaration, rendez-vous sur le site de l’Agessa.
Le taux de charges sociales Agessa est de 10% environ.

La Maison des artistes, c’est quoi, ça marche comment ?

La Maison des artistes gère le régime de Sécurité sociale des artistes auteurs d’œuvres graphiques et plastiques.
Vous devez vous déclarer auprès de la Maison des Artistes dès la première vente effectuée (facture à fournir à la Maison des Artistes dans le dossier d’inscription).

Vous serez soit :

  • affilié à la Maison des artistes : dans ce cas vous cotisez mais vous n’avez pas de couverture sociale ! La seule solution est alors de demander une couverture CMU.
  • assujetti à la Maison des artistes : possible uniquement à partir de la 2ème année d’affiliation, et si votre bénéfice est supérieur à 8000 € environ, cela vous ouvre droit au régime social des artistes et donc à la protection sociale.

Que vous soyez assujetti ou affilié, le taux de charges sociales est de 15,85 % de votre bénéfice majoré de 15%. Malheureusement il n’est pas possible de bénéficier de l’ACCRE (exonération des charges sociales) en tant que chômeur s’inscrivant à la maison des artistes.

Pour info, vous avez deux solutions pour déterminer votre bénéfice :

  • soit le régime simplifié micro-BNC (possible en-dessous de 32900 € de chiffre d’affaires) : le bénéfice équivaut alors à 66% de vos recettes (facile à calculer !)
  • soit le régime de la déclaration contrôlée (obligatoire au-dessus de 32900 € de chiffre d’affaires) : ici il faut tenir une vraie comptabilité des recettes et des dépenses pour déterminer le bénéfice réel de l’année.

Enfin, à noter que la notion d’artiste libre ne correspond à rien de particulier dans la loi (cliquez ici pour lire notre article sur le statut « artiste libre »).

Vous pouvez noter cet article !

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Avatar pour Contributeur WikiCréa Spilmont dit :

    Bonjour
    Je voudrais réactiver ma déclaration d artiste libre
    Comment je peut faire ?
    Merci d avance

    • Avatar pour Contributeur WikiCréa Contributeur WikiCréa dit :

      Bonjour, qu’entendez-vous par « réactiver votre déclaration d’artiste libre » ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimez nos articles ?
Nous vous offrons un ebook :

" Les 10 commandements du créateur d'entreprise "

Entrez vos coordonnées pour recevoir le ebook

Toutes nos félicitations...
Vous venez de télécharger les 10 commandements du créateur d'entreprise !