Ouvrir une boutique de mangas, comics, figurines et goodies

5/5 (1)

Comment ouvrir une boutique de mangas, comics, figurines, et goodies japonais ? Faut-il s’installer en centre-ville ou créer son e-commerce ? Peut-on s’installer en tant qu’auto-entrepreneur ? Quels sont les facteurs de réussite ?

Ouvrir un magasin de produits dérivés, c’est proposer à ses clients une variété de produits et de services sur le thème des dessins animés et des bande-dessinées japonaises (mangas) ou américaines (comics) :

  • bandes-dessinées,
  • livres et romans (coin librairie),
  • CD et DVD,
  • statues, figurines pop ou figurines d’animation, bustes,
  • jouets,
  • jeux vidéo,
  • jeux de rôles,
  • posters et produits dérivés (goodies de films, dessins animés, séries TV…),
  • articles cosplay (costumes, maquillage),
  • accès à internet (espace cyber-café),
  • animations et démonstrations,
  • etc.

On parle de comic shop, de geek shop, de pop culture store, ou encore de magasin d’import japonais.

Voyons d’abord quelques éléments d’étude de marché à connaître avant d’ouvrir sa boutique de mangas, comics et produits dérivés.

Caractéristiques de la clientèle des boutiques de mangas, comics et goodies.

Ce type de magasin de produits dérivés d’adresse aux « geeks », le terme geek étant ici utilisé au sens large. Les geeks sont des passionnés de certains genres de bande dessinée, de jeux vidéo, de films, de séries, de webseries, de jeux de rôles, etc. Cette population forme une communauté hétéroclite composée de générations et de courants parfois totalement cloisonnés. Les geeks sont plutôt jeunes (de 10 à 40 ans) mais on trouve aussi des geeks plus âgés. Les geeks appartiennent principalement aux classes populaires et moyennes, pas forcément les plus argentées.

On peut citer 5 grandes familles de geeks :

  • les informaticiens,
  • les « gamers »,
  • les fans de mangas,
  • les fans de comics américains,
  • les amateurs de jeu de rôle.

Sans cesse renouvelée en fonction des différentes sorties de films, dessins animés ou séries, la mode des mangas, comics et produits dérivés ne se dément pas. Le marché français compte 8,5 millions de personnes qui consomment BD, comics, mangas et produits dérivés.

E-commerce ou magasin physique ?

Ouvrir un magasin physique nécessite un investissement important et beaucoup d’efforts mais si la boutique est bien située, bien achalandée et bien animée, le chiffre d’affaires sera au rendez-vous. Voir plus bas le budget à prévoir.

A contrario, ouvrir un e-commerce nécessitera bien moins d’investissements mais la visibilité sera beaucoup plus longue à acquérir. Le décollage des ventes ne sera possible qu’avec un important investissement en temps ou en argent pour le référencement.

En réalité, l’idéal serait d’avoir les deux : un magasin physique complété par une boutique e-commerce permettant de fidéliser la clientèle éloignée.

Voir notre article Créer une boutique e-commerce.

Magasin indépendant ou franchise ?

Pour sécuriser l’investissement d’une boutique physique, une solution peut consister à passer par un réseau de franchise, par exemple Geekstore ou Gamecash. Les réseaux de franchise imposent des droits d’entrée, mais permettent de gagner un temps précieux en terme de recherche de fournisseurs, de merchandising, de méthodes de vente, etc.

Voir notre article dédié aux réseaux de franchise, leurs avantages et inconvénients.

Ouvrir une boutique de mangas et goodies : les clés de la réussite.

Ouvrir une boutique de mangas, figurines et goodies ne s’improvise pas. Voici les principaux facteurs de réussite : 

  • la qualité de l’emplacement (voir notre article dédié),
  • attention à ne pas choisir une implantation dans une ville trop petite,
  • la capacité à négocier un loyer le plus faible possible (voir notre article consacré aux baux commerciaux),
  • la capacité à trouver les bons fournisseurs et à identifier les produits les plus attractifs : plusieurs solutions :
    • procéder à l’import de produits japonais,
    • se fournir auprès de fabricants ou de grossistes en France, par exemple figoodies,
    • exemple de fournisseur de produits dérivés : Abysse Corp, leader européen des produits des dérivés, détenteur en autres des licences Star Wars, Dragon Ball, Batman, Superman, Assassin’s Creed, Lapins Crétins, Nintendo, Harry Potter, etc,
  • la capacité à négocier les meilleures conditions de paiement vis-à-vis des fournisseurs,
  • la capacité à renouveler l’offre en suivant les tendances les plus porteuses,
  • un merchandising efficace (voir notre article dédié),
  • la capacité à aller chercher les clients à l’extérieur du magasin, par des invitations, des animations, des dédicaces, des démonstrations de cosplay…
  • la capacité à fidéliser (voir notre article dédié),
  • la capacité à conseiller aux mieux les clients afin d’augmenter le panier moyen.

La réussite de ce type de boutique réside aussi dans les qualités du commerçant. Le métier de commerçant n’est pas difficile physiquement mais les horaires peuvent être contraignants.

D’autre part, le commerçant doit savoir résister au stress et aux baisses de moral dans les périodes de faible affluence.

Un bon commerçant doit cultiver les qualités suivantes :

  • sourire et empathie,
  • bonne communication,
  • bons conseils,
  • capacité à négocier (concerne les relations avec les fournisseurs),
  • bon gestionnaire,
  • sens créatif.

Voir aussi notre article : Comment faire entrer plus de clients dans son magasin ?

Les normes et réglementations de la vente en magasin.

Il n’y a pas de diplôme obligatoire pour s’installer en tant que commerçant, ou pour monter son magasin de mangas et articles dérivés.

Les principales normes à respecter sont les suivantes :

  • Normes de sécurité et d’accessibilité :
    • normes relatives aux ERP (établissements recevant du public) : sécurité incendie, extincteurs,
    • accessibilité des locaux aux personnes handicapées,
  • Affichage des prix en vitrine et à l’intérieur de l’établissement,
  • Affichages obligatoires à l’attention du personnel,
  • Obligation de payer une cotisation à la Sacem, si de la musique est diffusée dans l’établissement (radio, télévision…),
  • A noter qu’il n’est pas obligatoire de mettre des toilettes à disposition de la clientèle, sauf si vous proposez des boissons ou des produits alimentaires à consommer sur place.

Ouvrir son comic shop ou geek shop : quel est le meilleur statut juridique ?

L’activité étant de nature commerciale, la création de l’entreprise se fera auprès du centre de formalités de la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI).

Les différents statuts envisageables pour un magasin de produits dérivés sont les suivants :

  • La micro-entreprise (ex-auto-entreprise) : c’est un statut très simplifié mais peu adapté pour ce type de commerce ; en effet le niveau d’investissement, la constitution de stocks, la signature de baux commerciaux et de documents juridiques sont autant d’éléments qui plaident pour un statut plus crédible,
  • L’entreprise individuelle en nom propre (EI) : c’est un statut adapté mais qui peut réserver de mauvaises surprises concernant le paiement des cotisations sociales ; en effet, ces dernières étant calculées sur les bénéfices de l’année, elles sont susceptibles de varier brutalement d’une année à l’autre (régularisations douloureuses à prévoir),
  • L’EIRL : même remarque que pour l’EI. Cependant, l’EIRL permet de protéger son patrimoine personnel mieux qu’en EI,
  • L’EURL (SARL à associé unique) : c’est un statut bien adapté. Le gérant détermine lui-même sa rémunération, qui sert de base au calcul des cotisations sociales,
  • La SASU : ce régime juridique est bien adapté mais plus coûteux que l’EURL en terme de cotisations sociales,
  • Pour plus de détails sur les différents statuts possibles, cliquez sur chacun des liens ci-dessus.

Les étapes de la création d’un magasin de mangas, comics et produits dérivés.

Voici les principales étapes pour créer un magasin de mangas, comics et goodies :

Quel budget prévoir ?

Une bonne partie du coût de l’installation sera conditionnée par le choix du local commercial. Les dépenses à prévoir sont les suivantes :

  • Paiement du droit au bail le cas échéant,
  • Frais d’ouverture de compteurs (eau, électricité, gaz, internet),
  • Caution et dépôt de garantie,
  • Frais de notaire pour la signature du bail,
  • Eventuels travaux,
  • Aménagements intérieurs,
  • Décoration, meubles et éléments de merchandising.

Les autres dépenses de démarrage et investissements à prévoir :

  • Frais de création de l’entreprise,
  • Eventuels droits d’entrée de réseaux de franchise,
  • Acquisition du stock de produits dérivés, livres, BD, DVD…
  • Acquisition de matériel de bureau, fournitures, ordinateur, imprimante,
  • Coût de l’enseigne et de la communication (cartes de visite, brochures, logo, site internet…),
  • Dépenses liées aux événements et à la publicité de lancement,
  • Trésorerie de démarrage.

Le budget nécessaire pour ouvrir un magasin de produits dérivés est en réalité très variable (de 20 000 € à 100 000 € voire plus), en fonction du lieu d’implantation ou de l’ampleur des travaux à effectuer.

Des outils Excel pour gérer votre boutique de goodies (gratuit).

WikiCréa met à votre disposition des outils Excel gratuits pour gérer votre petite entreprise :

 

Voir aussi notre article : Créer une chaine Youtube et en vivre.

Vous pouvez noter cet article !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimez nos articles ?
Nous vous offrons un ebook :

" Les 10 commandements du créateur d'entreprise "

Entrez vos coordonnées pour recevoir le ebook

Toutes nos félicitations...
Vous venez de télécharger les 10 commandements du créateur d'entreprise !