Créer un commerce en ligne : étapes et conseils

5/5 (1)

Comment créer une boutique internet ou un e-commerce ? Quels sont les étapes, les risques et quelle rentabilité en attendre ? Quel statut juridique choisir ?

Créer un commerce en ligne est une aventure passionnante mais qui nécessite des compétences solides, à la fois sur le plan technique et sur le plan de la communication-vente.

Soyons clairs, si une de ces compétences vous fait défaut, vous vous verrez dans l’obligation de faire appel à des sociétés spécialisées, ce qui peut dans certains cas se révéler coûteux ou difficile à maîtriser.

Sur le plan technique, créer une boutique en ligne n’est pas très compliqué. De nombreuses solutions clés en main (gratuites ou payantes) existent et sont accessibles aux non-initiés.

En réalité, le principal enjeu consiste à attirer les clients potentiels sur sa e-boutique, ce qui est loin d’être simple…

Le marché français du commerce en ligne.

  • En 2016, le marché français du e-commerce a progressé de 15,5% par rapport à 2015.
  • La croissance du e-commerce s’accélère d’année en année, et le chiffre d’affaires du e-commerce français s’élève à plus de 70 milliards d’€.
  • On compte 35,5 millions de consommateurs en ligne ; chacun effectue en moyenne 23 achats en ligne par an.
  • Le panier moyen est en baisse de 5% (en diminution constante) pour s’établir à 75,5 €.
  • Les ventes sur smartphone et tablette (« m-commerce ») ont progressé de 38% en 2016 pour représenter 27% des ventes en ligne.
  • On compte en France plus de 150 000 sites marchands actifs.
  • Le secteur est dominé par les « gros » (Amazon, Cdiscount, Fnac, eBay, Voyages SNCF…) ; plus de deux tiers des e-boutiques réalisent moins de 30 000 € de recettes annuelles…

Techniquement, qu’est-ce qu’une boutique en ligne ?

Une boutique en ligne est un site dynamique, c’est-à-dire un site qui répond aux actions du client (constitution d’un panier, choix d’un mode de livraison et de paiement, saisie d’un code de réduction…) en interrogeant des bases de données.

Fonctionnement d’un site statique (simple site internet sans interaction possible) :

Site internet statique

Fonctionnement d’un site dynamique (la e-boutique réagit aux demandes du client) :

Site internet dynamique boutique e-commerce

La e-boutique est hébergée sur un « serveur web » (espace de stockage mis à disposition par un hébergeur payant). La plupart des hébergeurs web proposent des packs d’hébergement incluant une base de données.

Les étapes de la création d’une boutique en ligne.

Avant d’aborder les étapes de la création d’une boutique en ligne, il est primordial de faire le point sur vos compétences :

  • Compétences techniques : avez-vous des compétences en informatique, construction de sites web, ou bases de données ?
  • Compétences graphiques : maîtrisez-vous les logiciels de design ? (important si vous souhaitez que votre boutique soit unique et remarquée)
  • Compétences en marketing-communication : savez-vous détecter un besoin, créer une envie, faire parler, ou encore rédiger un communiqué de presse ?
  • Compétences en web-marketing : maîtrisez-vous les techniques du référencement et de présence sur les réseaux sociaux ?
  • Compétences en commerce : connaissez vous les techniques de vente, savez-vous négocier ?

Avant de créer, pourquoi ne pas vous former sur certains des aspects ci-dessus que vous maîtrisez mal ? Si vous comptez sous-traiter une ou plusieurs de ces compétences, demandez sans attendre des devis à des sociétés spécialisées !

Voici les principales étapes et démarches à accomplir pour lancer un e-commerce :

1) Choisir le produit ou service à commercialiser.

Souhaitez-vous commercialiser vos propres produits ou services ? Ou passer par des fournisseurs ou des grossistes ? Dans le cas de la vente de produits manufacturés, faites attention à vos marges : la réussite de votre projet pourrait en dépendre.

L’idéal est de commercialiser :

  • des produits à forte marge (produits uniques, innovants ou luxueux),
  • ou des services (conseil, prestations en ligne) ne nécessitant pas de faire appel à des fournisseurs.

2) Choisir sa marque et son nom de domaine.

Le choix du nom de la boutique ou de la marque est bien plus important pour un e-commerce que pour un commerce physique : de la capacité du client à retenir le nom de la e-boutique dépendra une partie du chiffre d’affaires.

Le choix du nom de domaine est lui aussi stratégique : les mots-clés qu’il contient sont d’une importance capitale pour le référencement. Il peut être judicieux d’adopter un nom de domaine différent du nom de la boutique elle-même (par exemple www.eclairage-jardin.fr pour la boutique « Jardilectrique »).

3) Choisir sa solution de e-commerce.

On trouve sur le marché de nombreuses solutions gratuites de e-commerce, au premier rang desquelles WordPress et Prestashop, pourquoi ne pas en profiter ?

Prestashop est sans doute la solution de e-commerce gratuite la plus performante. Les fonctionnalités de base de Prestashop permettent de gérer les produits (caractéristiques, prix, photos, couleurs disponibles…), les stocks, les modes de transport, les remises et réductions (en fonction du panier, de la date, de la catégorie d’article), les modes de paiement, ou encore la fidélisation. Un seul site Prestashop permet même de gérer plusieurs boutiques liées mais différentes.

Un panneau d’administration permet au commerçant de gérer sa boutique Prestashop sans avoir à toucher au code.

Prestashop propose en outre des solutions gratuites ou payantes d’habillage de boutiques (thèmes) et un grand nombre de modules (c’est-à-dire de fonctionnalités) complémentaires.

Une fois votre solution e-commerce choisie, il restera à acheter un espace d’hébergement sur serveur (OVH, Viaduc, ou encore Oxito pour un hébergement écologique) et à y placer la structure technique de votre boutique. L’hébergeur OVH propose cette étape en un clic.

4) Mener une étude de marché.

Au delà de la vérification de la viabilité du projet, l’étude de marché est un excellent moyen d’identifier des clients potentiels et de créer le buzz. Une bonne méthode consiste à lancer une étude de marché sur les réseaux sociaux, en utilisant un questionnaire en ligne conçu avec Google Forms.

N’oubliez pas de demander leurs coordonnées aux contributeurs, vous pourrez plus tard les recontacter pour leur annoncer l’ouverture de votre boutique.

Pour plus de détails, voir notre article sur l’étude de marché.

5) Rédiger un business plan et rechercher des financements.

Voir notre exemple de business plan et notre modèle de plan financier prévisionnel.

Un business plan bien rédigé, basé sur une étude de marché précise et bien étayé par des éléments chiffrés sera le meilleur moyen de convaincre un banquier. Cela sera encore plus facile si vous pouvez montrer à ce dernier que vous avez déjà commencé les efforts de communication et de référencement : constitution d’un groupe Facebook bien fréquenté ou d’un blog thématique par exemple.

6) Créer un flux de visiteurs qualifiés, potentiels consommateurs.

C’est là tout l’enjeu du e-commerce… et toute la difficulté. Il existe en France des centaines de milliers de boutiques en ligne mais seules quelques milliers sont rentables, les autres étant invisibles, perdues dans l’océan d’internet.

Pour créer un flux de visiteurs de qualité, plusieurs solutions :

  • Faire de la publicité : par exemple par une campagne de mots-clés Google. C’est efficace mais coûteux.
  • Développer sa présence sur les réseaux sociaux : c’est chronophage et parfois décevant.
  • Communiquer auprès des journalistes et blogueurs : il faudra pour cela se constituer une liste d’adresses et produire des communiqués de presse à intervalles réguliers.
  • Bien référencer sa boutique sur internet. Voir nos articles : Bien référencer son entreprise sur internet et Comment trouver des clients ?

Au delà de ces méthodes, la seule manière de créer un flux de visiteurs suffisant sur le long terme est d’ouvrir, en parallèle de la e-boutique, un blog spécialisé sur votre thème :

  • Votre blog devra rassembler des centaines d’articles (écrits par vos soins) d’avis, de conseils, d’idées, d’astuces, ou de présentation de vos produits. Utilisez les mots-clés stratégiques qui correspondent à votre activité : par exemple si vous vendez vos propres sacs à main : sac à main, pochette, créateur, artisanal, made in France, etc.
  • L’idéal est de rédiger un ou deux articles par jour, tous les jours,
  • Le contenu de vos articles doit être original, unique, qualitatif, bien illustré, personnel et attrayant ; il doit donner envie d’être partagé,
  • N’hésitez pas à reprendre le contenu d’articles présents sur d’autres blogs, tout en l’adaptant et en ajoutant votre touche personnelle, et en évitant absolument le copier-coller,
  • Au bout de quelques mois, votre positionnement dans Google s’améliorera naturellement pour les mots-clés essentiels de votre activité,
  • Certains articles de votre blog seront performants et serviront de « chevaux de troie » pour attirer les utilisateurs à découvrir le reste de votre offre,
  • WordPress est une solution idéale pour cela (et gratuite). Installez le plug-in All in One SEO pack pour optimiser votre blog WordPress pour le référencement.
  • Prévoyez de commencer le travail au moins 6 mois avant le lancement de votre e-boutique.

Enfin, les clients potentiels seront attentifs à tout ce qui peut les rassurer : références, photos de qualité, témoignages, identité et localisation du vendeur, historique de la société, etc.

7) Choisissez votre statut juridique.

Pour le démarrage d’une petite activité de vente en ligne, le statut de la micro-entreprise (ex auto-entreprise) est tout indiqué.

Pour comparer et identifier le meilleur statut juridique, voir notre article sur les statuts juridiques.

La réglementation de la vente en ligne.

Voici les principaux points de la réglementation pour une activité de vente en ligne :

  • La collecte d’informations privées et nominatives donne lieu à une déclaration obligatoire simplifiée auprès de la CNIL.
  • La réutilisation des données personnelles des internautes ne peut se faire qu’avec l’accord de ces derniers.
  • Le commerçant doit informer ses clients de leur droit d’accès, de modification et de suppression des informations collectées concernant leurs données privées.
  • Un contrat de vente doit être passé entre le vendeur et l’acheteur : voir notre article sur les conditions générales de vente (modèle à télécharger),
  • La livraison doit intervenir dans les 30 jours après la commande ; passé ce délai, le client peut demander le remboursement,
  • Le client dispose d’un droit de rétractation sous 14 jours,
  • Les ventes dans l’Union européenne sont soumises à TVA.

 

N’hésitez pas à commenter cet article ou à poser vos questions (ci-dessous).

 

Vous pouvez noter cet article !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimez nos articles ?
Nous vous offrons un ebook :

" Les 10 commandements du créateur d'entreprise "

Entrez vos coordonnées pour recevoir le ebook

Bravo !
Vous pouvez fermer