Ouvrir un bar à vin, un bar à bière ou à tapas

4.92/5 (12)

Comment ouvrir un bar à vin, un bar à bière ou un bar à tapas ? Comment devenir caviste ? Quelle rentabilité espérer ? Quelle licence de vente d’alcool ? Quel statut juridique ? WikiCréa vous dit tout.

Un bar à vin ou à bière est un lieu de convivialité le plus souvent situé en centre-ville et qui propose la dégustation et la découverte d’un panel de vins ou de bières.

Il faut distinguer plusieurs types de lieux :

  • les bars à vin qui proposent la dégustation au verre et la vente de bouteilles à emporter, voire de la petite restauration,
  • les bars à bière : c’est un type d’établissement tendance qui se développe sur le même modèle que les bars à vin,
  • les caves à vin : ce sont des commerces de vente de vin. La cave à vin est tenue par un indépendant, un grossiste en vin ou par un producteur vigneron,
  • les bars à tapas : les tapas sont des petits plats à grignoter servis en complément de vin ou de bière.

Toutes ces activités sont de nature commerciale et ne nécessitent aucun diplôme particulier ; l’inscription se fera auprès de la Chambre de Commerce et d’industrie. Toutefois, en cas de vente de plats à emporter, l’activité aura une double nature commerciale et artisanale : il faudra passer par le Chambre des Métiers et effectuer un stage de préparation à l’installation obligatoire.

Dans tous les cas, il faudra aussi respecter la législation de la vente d’alcool et celle de l’hygiène alimentaire, et effectuer les stages obligatoires (permis d’exploiter, hygiène dans la restauration).

A noter qu’il est possible d’ouvrir un bar à vin ou à bière en franchise. Voici quelques exemples de réseaux de franchise :

  • Au Fût et à Mesure,
  • V and B,
  • Orge et Houblon,
  • Vins sur 20,
  • Bière è Chope,
  • BiBoViNo (franchise spécialisée dans le bag in box haut de gamme).

Voici tout ce qu’il faut savoir pour ouvrir un bar à vin, un bar à bière (ou un bar à whisky) et mettre toutes les chances de son côté.

Etude de marché bar à vin / bar à bière / bar à tapas.

On compte près de 2000 bars à vin en France, chiffre en augmentation constante et assez rapide.

Bien que la consommation de vin soit en baisse constante en France, les français sont de plus en plus attentifs à la qualité des vins et sont en recherche de nouvelles saveurs.

Voici quelques-unes des principales caractéristiques et tendances de marché des bars à vin :

  • ce type d’établissement est surtout fréquenté par les urbains des grandes villes (notamment Paris, Lyon, Lille…),
  • la première motivation est la recherche de convivialité, par exemple en after-work,
  • la recherche de vins de qualité et de nouvelles saveurs sont aussi des motivations importantes,
  • le panier moyen en bar à vin est de 25 € par personne,
  • la clientèle est en voie de féminisation,
  • les vins rouges représentent 55% de la consommation, les blancs 29% et les rosés 8%.

Pour réussir votre projet de bar à vin, choisissez clairement le positionnement de votre établissement : lieu classique et raffiné ? lieu de connaisseurs ? lieu d’échange ? lieu de découverte décomplexée ? lieu de travail ?

En ce qui concerne le marché de la bière, il est lui aussi en pleine recomposition :

  • depuis 2015, la consommation de bière repart à la hausse après plus de 30 ans de baisse,
  • la consommation se féminise,
  • le nombre de micro-brasseries explose, qui se positionnent le plus souvent sur le local, l’artisanal, voire le biologique. Ces micro-brasseries privilégient la distribution en circuits courts.

Ouvrir un bar à vin ou une cave à vin : la réglementation et la licence d’alcool.

Si les boissons proposées ou vendues appartiennent aux catégories 2 et 3 (vins, bière, cidre, muscat, vin de liqueur, apéritif à base de vin…), il faudra disposer d’une licence qui s’obtient par déclaration en mairie :

  • petite licence restaurant pour un restaurant,
  • petite licence à emporter pour la vente à emporter,
  • licence III en cas de consommation sur place.

Si des alcools forts sont aussi proposés pour consommation sur place, il faudra obtenir un transfert de licence IV : la législation sera beaucoup plus restrictive.

Cliquez ici pour accéder à un tour d’horizon complet de la législation de la vente d’alcool en France (fiscalité, licences, formation, modèles d’affiches de protection des mineurs et de répression de l’ivresse publique…).

Les autres obligations sont les suivantes :

  • Suivre la formation « hygiène alimentaire dans la restauration » si des plats sont servis,
  • Respecter les normes d’hygiène,
  • Suivre la formation « permis d’exploiter » afin de pouvoir servir de l’alcool,
  • Respecter les normes de sécurité et d’accessibilité relatives aux établissements recevant du public,
  • L’utilisation d’allergènes doit être indiquée sous forme écrite, lisible et visible,
  • Si vous souhaitez exploiter une terrasse il faudra demander une autorisation en mairie,
  • En cas de diffusion de musique, il est obligatoire de payer l’adhésion à la SACEM.

Voir aussi notre article : Les taux de TVA dans la restauration.

Quel statut juridique pour ouvrir un bar à vin ou un bar à bière ?

Les statuts juridiques suivants sont possibles pour ouvrir un bar à vin, à bière, ou une cave à vin :

  • Le statut de la micro-entreprise (ex régime auto-entrepreneur) : c’est le statut le plus simple mais peu adapté à ce type d’activité (pas de comptabilité réelle, pas de possibilité de récupérer la TVA sur les investissements de départ),
  • Le statut de l’entreprise individuelle au réel : c’est un statut adapté mais peu évolutif (impossibilité d’accueillir des associés futurs) et plombé par le système de paiement des cotisations sociales,
  • Le statut de la société est le plus adapté pour un bar à vin :
    • EURL en cas d’associé unique,
    • SARL en cas de plusieurs associés,
    • SAS ou SASU si vous préférez bénéficier du statut d’assimilé-salarié,
    • cliquez sur chacun des liens ci-dessus pour accéder au détail de chaque régime juridique.

Créez votre entreprise directement en ligne.

WikiCréa a sélectionné Legalstart pour vos formalités de création en ligne. Pourquoi Legalstart ? Tout simplement parce qu’il s’agit de l’offre la plus complète et la moins chère du marché. Cliquez ici pour en savoir plus et débuter vos démarches en ligne.

La rentabilité d’un bar à vin ou d’une cave à vins.

Ouvrir un bar à vin peut être très rentable. La marge sur les boissons et la petite restauration est souvent très bonne (coefficient 4 à 7). Mais il ne faut pas sous-estimer le poids de certains investissements ou charges :

  • droits d’entrée de réseaux de franchise (si applicable),
  • travaux et agencement,
  • loyer (d’autant plus élevé que l’emplacement est recherché),
  • dépenses de personnel (ou temps passé par le gérant…).

Voici quelques conseils pour tirer votre rentabilité vers le haut :

  • choisissez un positionnement et un concept clair : inspirez-vous par exemple des meilleurs réseaux de franchise,
  • choisissez un bon emplacement, quitte à payer un loyer un peu plus élevé,
  • développez la vente de produits (partie boutique),
  • trouvez des moyens et des prétextes pour amener un maximum de personnes à connaître votre lieu : événements, soirées dégustation, intervenants, etc.
  • créez un fichier client et utilisez-le régulièrement pour entrer en contact avec vos clients, les inviter à des événements, leur communiquer votre programmation…
  • soignez l’accueil et la qualité de service pour enclencher le bouche-à-oreilles.

Un modèle de plan financier pour ouvrir un bar à vin ou à bière.

Cliquez ici pour accéder à nos modèles de plan d’affaires et de plan financier pour bar à vin.

Les étapes pour ouvrir un bar à vin.

Voici les principales étapes pour ouvrir un bar à vin ou à bière :

  1. Formez-vous (oenologie, connaissance des bières du monde…),
  2. Trouvez votre concept et validez-le à travers une étude de marché.
  3. Réalisez un plan financier,
  4. Mobilisez les aides et les financements pour votre démarrage,
  5. Identifiez le local ou le fonds de commerce à reprendre et signez un bail commercial,
  6. Effectuez les travaux et décorez les locaux,
  7. Effectuez les formations obligatoires, notamment le permis d’exploitation et l’hygiène alimentaire,
  8. Si vous faites de la vente de plats à emporter, vous aurez à vous immatriculer au Registre des métiers, il faudra donc suivre le stage de préparation à l’installation,
  9. Choisissez votre statut juridique et enregistrez-vous (CCI ou CCI+Chambre des métiers),
  10. Lancez la communication et l’activité.

Bonne chance !

Voir aussi nos articles :

Vous pouvez noter cet article !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Préparez votre création
Téléchargez notre pack création 100% gratuit

Contient 3 documents indispensables :

guide de l'étude de marché
modèle de business plan Word
modèle de plan financier Excel

Entrez vos coordonnées pour recevoir le pack création

Toutes nos félicitations...
Vous venez de télécharger le pack création !