S’installer en tant qu’ostéopathe : tout savoir

5/5 (1)

Comment s’installer en tant qu’ostéopathe ou ouvrir un cabinet d’ostéopathie ? Quels sont les facteurs-clés de succès et quelle est la réglementation de l’ostéopathie ? Peut-on exercer sans diplôme ? Peut-on en vivre ?

Définition : L’ostéopathie est une pratique manuelle qui cherche à déterminer les restrictions de mobilité qui peuvent affecter le corps. Toute restriction de mobilité (articulations, muscles, ligaments, viscères, crâne) provoque un déséquilibre de l’état de santé. L’ostéopathe cherche donc à redonner la capacité au corps de s’auto-équilibrer.

Il existe en réalité beaucoup de techniques différentes en ostéopathie :

  • Viscérale
  • Crânienne
  • Structurelle ou musculo-squelettique
  • Énergétique
  • Tissulaire
  • Biodynamique

L’ostéopathie est la sœur de médecines manuelles comme :

  • l’Étiopathie
  • la Chiropraxie
  • la Fascia thérapie

La réglementation de la profession d’ostéopathe

Sur le plan de la réglementation, l’ostéopathie n’est pas une profession de santé au sens du code de la santé public. L’ostéopathie est un titre.

Pour suivre une formation en ostéopathie, il faut au moins être titulaire du baccalauréat. Il existe trois grands types de formations pour devenir ostéopathe :

  • la formation à temps plein (formation initiale) ;
  • la formation à temps partiel (tiers temps) ;
  • la formation universitaire (DU réservé aux titulaires d’un diplôme de médecin).

L’usage du titre d’ostéopathe, tel que prévu par les articles 4 et 5 du décret n°2007-435, « est subordonné à l’enregistrement sans frais des diplômes, certificats, titres ou autorisations de ces professionnels auprès du préfet du département de leur résidence professionnelle ».

Par conséquent, tous les ostéopathes doivent se conformer à cette exigence règlementaire et faire enregistrer leur diplôme auprès de l’ARS (Agence Régionale de Santé) du département d’exercice, toutes professions confondues, pour faire légalement usage de leur titre professionnel et obtenir leur numéro ADELI (Automatisation DEs Listes).

Le fichier ADELI est le seul registre des ostéopathes de France. Il se veut donc exhaustif et tous les ostéopathes autorisés à faire usage du titre professionnel y sont répertoriés.

L’ostéopathie en France : éléments de marché

La tendance est bonne, il y a de plus en plus d’ostéopathes : au moins 1 Français sur 10 y a eu recours ces dernières années et, depuis les récentes réformes, les français se rassurent peu à peu sur cette profession. Les organismes médicaux et paramédicaux recrutent de plus en plus d’ostéopathes car la profession est de plus en plus reconnue.

Le site « Ostéopathes de France » vous permet de charger la carte de France, puis de sélectionner une région et de voir apparaître:

  • votre département,
  • le nombre d’ostéopathes par département (1er trimestre de l’année 2016)
  • le nombre d’habitants par ostéopathe
  • le PIB du département

Le PIB vous permet d’avoir le revenu moyen de chaque département. Il existe en effet une grande disparité au sein du pays et cela donne aux jeunes professionnels qui cherchent à s’installer une indication intéressante.

Qualités et facteurs clés de réussite pour un ostéopathe

Les ostéopathes qui génèrent des revenus suffisants sont ceux qui arrivent, par la qualité de leurs soins et leur relationnel, à développer le bouche-à-oreilles. En effet, l’exercice est un peu compliqué car le médecin n’a pas le droit d’être prescripteur pour l’ostéo, et l’ostéopathe ne doit pas s’autoriser à faire de la publicité.

Un bon ostéopathe doit développer des qualités particulières :

  • sensibilité, patience, écoute et empathie,
  • capacité à mettre en confiance,
  • discrétion : le ostéopathe doit savoir s’effacer et retenir sa parole,
  • rigueur et technicité,
  • approche holistique.

Voici quelques points clés pour réussir son activité de ostéopathe

La majorité des ostéopathes exercent en libéral dans un cabinet privé. Néanmoins, on constate un nombre d’emplois en hausse dans certains clubs sportifs, maisons de retraite médicalisées, hôpitaux et cliniques privées. Les centres de soins sont de plus en plus intéressés et privilégient le recrutement de médecins-ostéopathes ou d’ostéopathes diplômés.

En clair ces organismes, en plus de pouvoir vous faire travailler un jour par semaine, vont surtout améliorer sensiblement votre réseau et votre visibilité sur votre zone.

Enfin, rencontrer les gens qui boosteront votre bouche à oreille : le postier, la coiffeuse, le boulanger sont autant de gens qui peuvent faire passer des informations : la coiffeuse sait qui à mal au dos dans votre quartier et si elle vous connait, elle parlera de vous…

Les tarifs d’un ostéopathe

Les tarifs appliqués par les ostéopathes varient fortement en fonction du lieu d’installation et de l’expérience.

En fonction de ces critères, un ostéopathe facture ses prestations entre 50 € et 90 € la séance.

Loi, décrets, arrêtés concernant l’ostéopathie

2002 : Loi 2002-303, Article 75 – modifiée le 26/02/2010.

2007 : Décret n° 2007-435 du 25 mars 2007 relatif aux actes et aux conditions d’exercice de l’ostéopathie.

Décret n° 2007-437 du 25 mars 2007 relatif à la formation des ostéopathes et à l’agrément des établissements de formation.

Arrêté du 25 mars 2007 modifié relatif à la formation en ostéopathie.

2014 : Décret n° 2014-1043 du 12 septembre 2014 relatif à l’agrément des établissements de formation en ostéopathie.

Décret n° 2014-1505 du 12 décembre 2014 relatif à la formation en ostéopathie.

Arrêté du 29 septembre 2014 relatif à l’agrément des établissements de formation en ostéopathie.

Arrêté du 12 décembre 2014 relatif à la formation en ostéopathie .

Arrêté du 12 décembre 2014 relatif aux dispenses d’enseignement .

Les référentiels en Ostéopathie.

2015 : Décisions des nouveaux agréments sur 5 années

2016 : Décisions complétant la liste des établissements de formation en ostéopathie

Comment choisir son régime juridique pour une installation en tant qu’ostéopathe ?

La profession d’ostéopathe étant une activité libérale, l’enregistrement de l’entreprise se fera auprès du centre de formalité des entreprises (CFE) de l’URSSAF.

Un ostéopathe seul peut envisager différentes formes juridiques pour s’installer :

  • La micro-entreprise (ex régime auto-entrepreneur) : c’est la forme la plus simple, bien adaptée pour un démarrage. A noter qu’il est possible de déclarer son début d’activité directement en ligne sur lautoentrepreneur.fr,
  • L’entreprise individuelle en nom propre (EI ou EIRL) : c’est un statut adapté mais beaucoup moins favorable que la micro-entreprise en matière de paiement des charges sociales (modalités de paiement et montant des cotisations sociales) ; c’est une forme juridique plus coûteuse que la micro,
  • L’EURL (SARL à associé unique) : c’est un statut bien adapté mais surdimensionné au démarrage. Le gérant détermine lui-même sa rémunération, qui sert de base au calcul des cotisations,
  • La SASU : ce régime juridique est moyennement adapté car plus coûteux que l’EURL.

Enfin des statuts alternatifs peuvent être envisagés :

Les étapes de la création d’une activité d’ostéopathe.

Voici les principales étapes pour vous installer en tant qu’ostéopathe :

 

Voir aussi nos articles :

 

Vous pouvez noter cet article !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Préparez votre création
Téléchargez notre pack création 100% gratuit

Contient 3 documents indispensables :

guide de l'étude de marché
modèle de business plan Word
modèle de plan financier Excel

Entrez vos coordonnées pour recevoir le pack création

Toutes nos félicitations...
Vous venez de télécharger le pack création !