S’installer comme herboriste : tout savoir

5/5 (3)

Comment s’installer comme herboriste ? Peut-on ouvrir une herboristerie en France ? Quelles sont les conditions d’installation et peut-on exercer sans diplôme ? Peut-on en vivre ?

L’herboriste est un spécialiste des plantes médicinales et de leur vente au public. Mais en France, le commerce des plantes médicinales est réservé aux seuls pharmaciens, et il n’existe plus depuis 1941 de diplôme d’herboriste reconnu par l’Etat, ce qui en fait une exception en Europe.

Pourtant, la loi reconnait une liste de 148 plantes médicinales “libérées”, c’est-à-dire dont la vente est libre (décret no 2008-841 du 22 août 2008 relatif à la vente au public des plantes médicinales inscrites à la Pharmacopée).

Il est donc possible de s’installer en tant qu’herboriste, ou de créer une herboristerie pour commercialiser ces plantes, en prenant soin de ne pas empiéter sur le cadre médical ou pharmaceutique. L’herboriste pourra vendre des plantes autorisées, des plantes aromatiques, des produits cosmétiques ou des compléments alimentaires, tout en prodiguant des conseils non médicaux. Aucun conseil d’usage ou posologie ne peut être indiqué sur les produits vendus. D’autre part, l’herboriste n’est théoriquement pas autorisé à effectuer des mélanges de plantes…

De fait, de nombreux herboristes exercent leur métier d’herboriste en complément d’une autre activité : par exemple diététicien ou naturopathe.

Voici tout ce qu’il faut savoir pour s’installer herboriste et créer son herboristerie.

Voir aussi nos articles :

L’herboristerie en France.

En France, aucun diplôme ne permet actuellement d’exercer la profession d’herboriste. Mais des formations existent, en présentiel ou à distance, qui permettent d’acquérir les compétences nécessaires.

Le métier d’herboriste consiste à tirer parti des propriétés curatives et préventives des plantes. Le métier d’herboriste est donc lié :

  • à la culture et à la cueillette des plantes,
  • à la transformation des plantes,
  • à la préparation des plantes : séchage, décoction, macération…
  • et à la commercialisation des plantes.

Enfin, l’herboriste conseille ses clients sur l’utilisation des plantes. Il n’établit pas de diagnostic médical mais peut éventuellement, s’il possède des compétences en naturopathie par exemple, dresser un bilan de santé sur la base des habitudes alimentaires des patients, de leurs antécédents ou de leur style de vie.

Le marché de l’herboristerie est naissant en France, mais connaît une bonne croissance. Il suit les tendances d’évolution des maux de la population, et notamment le mal-être causé par le travail, la crise, le stress, l’anxiété… A noter que plus de la moitié de la population française a déjà eu recours au moins une fois à une forme de médecine ou de traitement alternatif.

S’installer comme herboriste : les clés de la réussite.

Pour s’installer en tant qu’herboriste, il faudra développer des qualités et des connaissances particulières :

  • connaissances en biologie, physiologie et anatomie,
  • connaissances en aromathérapie et phytothérapie,
  • notions de diététique et de nutrition,
  • culture générale de la santé,
  • rigueur,
  • écoute et empathie,
  • approche holistique voire spirituelle.

Voici quelques conseils pour arriver à faire décoller son chiffre d’affaires en tant qu’herboriste :

  • développer crédibilité et notoriété en capitalisant sur les avis et témoignages clients,
  • participer à des événements ou organiser des conférences,
  • développer une image « professionnelle » pour faire sa place au milieu des autres professionnels para-médicaux,
  • soigner le relationnel client,
  • proposer des stages ou des formations en herboristerie pour créer un complément de revenus,
  • créer des liens avec d’autres professionnels des médecines douces (aromathérapeutes, sophrologues, naturopathes…),
  • créer des liens avec des professionnels de la médecine, par exemple des médecins ouverts aux pratiques de santé naturelle,
  • développer les consultations sur internet.

Attention à ne pas tomber sous le coup de l’exercice illégal de la médecine ! L’herboriste ne doit en aucun cas prescrire des plantes pour “soigner” des maladies.

Les tarifs de l’herboriste.

Les tarifs appliqués par les herboristes varient fortement en fonction du lieu, des références et de l’expérience.

Un herboriste facture généralement ses prestations entre 50 € et 100 € la séance de conseil pour un particulier. Il se rémunère aussi sur le prix des plantes vendues.

Pour ce qui est du salaire moyen de l’herboriste, il s’établit entre 1200 et 2000 € par mois.

Quel est le meilleur statut juridique pour s’installer en tant qu’herboriste ?

Le terme “herboriste” n’étant pas reconnu par l’administration, il pourra être demandé de s’inscrire sous un autre libellé, par exemple diététicien ou naturopathe.

A noter : Si l’herboriste vend des plantes et des produits, il s’agit d’une activité commerciale (enregistrement auprès de la CCI). S’il ne fait que prodiguer des conseils, il s’agit d’une activité libérale (enregistrement auprès de l’URSSAF).

Les différents statuts envisageables pour un herboriste seul sont :

  • La micro-entreprise (ex-auto-entreprise) : c’est un statut très simplifié et adapté pour ce type d’activité,
  • L’entreprise individuelle en nom propre (EI) : c’est un statut adapté mais plombé par le système de calcul et de paiement des cotisations sociales ; ses dernières sont en effet calculées sur les bénéfices et sont susceptibles de varier fortement d’une année à l’autre (régularisations douloureuses à prévoir),
  • L’EURL (SARL à associé unique) : forme de société unipersonnelle dans laquelle le gérant détermine lui-même sa rémunération, qui sert de base au calcul des cotisations sociales,
  • La SASU : c’est un régime juridique très en vogue, car il permet d’éviter la Sécurité sociale pour les indépendants (ex-RSI) ; en effet le Président est assimilé-salarié et dépend du régime général de la Sécurité sociale.

Enfin des statuts alternatifs peuvent aussi être envisagés :

Créez votre entreprise directement en ligne.

WikiCréa a sélectionné Legalstart pour vos formalités de création d’entreprise en ligne. Pourquoi Legalstart ? Tout simplement parce qu’il s’agit de l’offre la plus complète et la moins chère du marché. Cliquez ici pour en savoir plus et débuter vos démarches en ligne.

Les étapes pour ouvrir une herboristerie.

Voici les principales étapes pour vous installer en tant qu’herboriste :

  1. Formez-vous,
  2. Validez votre projet par une étude de marché,
  3. Réalisez un business plan et un plan financier,
  4. Identifiez un local ; signez un bail commercial,
  5. Choisissez votre statut juridique et enregistrez-vous,
  6. Lancez la communication et l’activité,
  7. Trouvez vos clients (cliquez pour lire notre article dédié).

Des outils Excel pour gérer votre activité (gratuit).

WikiCréa met à votre disposition des outils Excel gratuits pour gérer votre entreprise :

Vous pouvez noter cet article !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Préparez votre création
Téléchargez notre pack création 100% gratuit

Contient 3 documents indispensables :

guide de l'étude de marché
modèle de business plan Word
modèle de plan financier Excel

Entrez vos coordonnées pour recevoir le pack création

Toutes nos félicitations...
Vous venez de télécharger le pack création !