Ouvrir une épicerie : démarches et conseils

5/5 (2)

Comment ouvrir une épicerie ? Quelles démarches faut-il accomplir pour ouvrir une épicerie de village, une épicerie de nuit, une épicerie fine ou un magasin bio ? Quelle rentabilité espérer ?

On compte environ 22 000 épiceries de proximité et supérettes en France (source Insee), dont la moitié sont franchisées.

Le marché de l’épicerie de proximité est en progression, et marqué par les tendances suivantes :

  • Le retour de la consommation de proximité : les consommateurs désertent de plus en plus les grands centres commerciaux pour réduite le temps passé à faire les courses,
  • Le vieillissement de la population : la population âgée privilégie la consommation en épicerie et supérette plutôt qu’en grande surface,
  • L’accroissement de la concurrence en centre-ville, notamment due à l’implantation des grandes enseignes qui déclinent leurs enseignes de proximité.

Voici tout ce qu’il faut savoir pour ouvrir une épicerie dans les meilleures conditions.

Les principaux points de la réglementation pour l’ouverture d’une épicerie.

Diplôme et accès à la profession d’épicier.

Aucun diplôme n’est nécessaire pour exercer en tant qu’épicier ou gérant de supérette. L’accès à la profession est totalement libre, sauf si une activité artisanale est exercée en parallèle (par exemple boulanger).

Centre de formalités compétent.

Il s’agit d’une activité commerciale. Le centre de formalités des entreprises (CFE) compétent pour l’ouverture d’une épicerie est donc la Chambre de Commerce et d’industrie : c’est là qu’il faudra s’adresser pour les formalités de création.

La réglementation de la vente d’alcool en épicerie.

Pour vendre de l’alcool en épicerie, il faut demander une licence de vente à emporter et réaliser la formation obligatoire « permis d’exploiter » (cliquez pour en savoir plus). Cette formation est à faire avant l’ouverture de l’épicerie. La licence s’obtient par une déclaration en mairie.

La vente de tabac.

En cas de vente de tabac dans l’épicerie, différentes conditions d’exercice devront être vérifiées : l’exploitant doit avoir la nationalité française ou celle d’un pays européen (Suisse comprise), il doit avoir un casier judiciaire vierge, il doit produire un certificat médical d’aptitude physique, il doit enfin suivre une formation obligatoire de 3 à 4 jours. D’autre part, l’activité devra obligatoirement être exercée en entreprise individuelle ou en SNC (voir plus bas).

Autres normes à respecter (sécurité, accessibilité, hygiène…).

  • Accès handicapé : voir notre article dédié,
  • Présence de toilettes : voir notre article dédié,
  • Conformité des instruments de pesage : le contrôle les balances de pesage doit faire l’objet d’une vérification par un organisme agréé tous les deux ans,
  • Normes d’hygiène (notamment alimentaire).

Quel statut juridique pour ouvrir une épicerie ?

Les statuts juridiques suivants sont possibles pour créer une épicerie :

  • Le statut de la micro-entreprise (ex régime auto-entrepreneur) est peu adapté pour ce type d’activité, mais n’est pas interdit. La micro-entreprise peut toutefois être choisie pour une épicerie modeste, par exemple située en zone rurale, d’autant plus que les plafonds de chiffre d’affaires ont été récemment revus à la hausse. Il n’y a pas d’obligation comptable à proprement parler, ce qui présente des avantages (économies d’expert-comptable) et des inconvénients (difficulté d’accès au crédit). Il est possible de déclarer son début d’activité en ligne sur le site lautoentrepreneur.fr.
  • Le statut de l’entreprise individuelle au réel : plus coûteux que la micro-entreprise, et plombé par le système des échéanciers de paiement des cotisations sociales, ce statut n’est pas le plus judicieux. Il est pourtant classique et fréquent.
  • Le statut de la société est le plus adapté pour une épicerie. Les différents statuts société sont les suivants :
    • EURL en cas d’associé unique,
    • SARL en cas de plusieurs associés,
    • SAS ou SASU si vous préférez bénéficier du statut d’assimilé-salarié,
    • cliquez sur chacun des liens ci-dessus pour accéder au détail des régimes juridiques.
  • Remarque : en cas de vente de tabac, deux statuts juridiques seulement sont autorisés :

Elaborer un plan financier pour l’ouverture d’une épicerie.

WikiCréa a élaboré un modèle de plan financier sur Excel, gratuit et facile à compléter : cliquez ici pour y accéder.

Le chiffre d’affaires d’une épicerie exploitée par un couple atteint en moyenne 240 000 € par an.Le taux de marge moyen est de 34%.

Voici les principales dépenses de démarrage et investissements à prévoir pour ouvrir une épicerie :

  • Frais d’établissement : ce sont les frais de création de l’entreprise,
  • Frais d’ouverture de compteurs (eau, électricité, gaz),
  • Formations obligatoires (par exemple pour la vente d’alcool),
  • Droits d’entrée de réseaux de franchise si applicable (30 000 € à 100 000 €, voire 400 000 € pour une franchise Carrefour),
  • Paiement du droit au bail,
  • Caution et dépôt de garantie,
  • Frais de notaire,
  • Travaux et aménagements, acquisition du matériel professionnel (meubles réfrigérés, frigos, rayonnages),
  • Acquisition d’un véhicule utilitaire (si besoin),
  • Acquisition de matériel de bureau, fournitures, ordinateur, imprimante,
  • Acquisition du stock (les stocks représentent en moyenne 73% du chiffre d’affaires annuel),
  • Coût de l’enseigne et des éléments de communication,
  • Coût des événements et publicité de lancement,
  • Trésorerie de démarrage.

Si vous préférez racheter une épicerie, il faudra prévoir le coût du rachat du fonds de commerce : en moyenne 76 000 €, soit 20 à 30 % du chiffre d’affaires TTC (20 à 50 % pour une supérette).

Ouvrir une épicerie de village en zone rurale : spécificités.

En zone rurale, les épiceries consistent le plus souvent en des magasins multi-services exploités en couple. Ce type de commerce est désormais prisé par les jeunes couples qui souhaitent changer de style de vie et s’installer à la campagne. Ils bénéficient parfois du soutien des maires des petits villages.

L’activité nécessite toutefois beaucoup de temps et d’investissement personnel.

Les épiceries multi-services proposent différents types de produits et de prestations : alimentation, restauration, boulangerie ou dépôt de pain, bar, journaux, gaz, tabac, livraison à domicile, relais colis…

Faire décoller le chiffre d’affaires de son épicerie.

Les épiceries qui réussissent à faire décoller leur chiffre d’affaires et leurs bénéfices sont celles :

  • qui vont vers le client, par exemple au travers d’opérations spéciales, de services ou de tournées de livraison,
  • qui arrivent à enclencher le bouche-à-oreilles par la qualité de leurs services,
  • qui proposent des produits d’appel pour inciter à la fidélisation : pain, tabac, journaux, jeux…
  • qui arrivent à maintenir des marges correctes (entre 30 et 35%), sans pour autant proposer des prix prohibitifs,
  • qui optimisent la rotation des produits en rayon,
  • qui proposent des produits de producteurs locaux en complément des produits classiques,
  • qui proposent un rayon dédié aux produits bios.

Voir aussi notre article : Ouvrir un magasin bio.

 

Vous pouvez noter cet article !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Préparez votre création
Téléchargez notre pack création 100% gratuit

Contient 3 documents indispensables :

guide de l'étude de marché
modèle de business plan Word
modèle de plan financier Excel

Entrez vos coordonnées pour recevoir le pack création

Toutes nos félicitations...
Vous venez de télécharger le pack création !