Prêt création d’entreprise : comment convaincre son banquier ?

5/5 (4)

Quels arguments avancer pour obtenir un prêt en vue d’une création d’entreprise ? Comment obtenir un financement pour son projet de création d’entreprise ? Comment convaincre son banquier pour un crédit ou un prêt professionnel ?

Pour financer son projet, la banque est souvent le passage obligé. C’est un moment délicat, souvent redouté, parfois décevant… WikiCréa vous aide à aborder cette phase critique.

Voir aussi notre article : 5 façons de rater son entretien avec un banquier.

Les banques ne prêtent plus : est-ce bien vrai ?

Pour convaincre son banquier en vue d’obtenir un prêt de création d’entreprise, il faut d’abord se mettre à sa place.

Qu’est-ce qu’une banque ? C’est un organisme qui collecte des dépôts pour accorder des prêts en vue de facturer des intérêts. La banque a donc pour objectif de prêter : c’est ce qui la fait vivre.

Cependant la banque doit gérer son risque, notamment le risque d’impayé : elle doit donc porter un jugement sur la fiabilité de l’emprunteur.

Les banques ne prêtent plus, c’est ce que l’on entend souvent. Pourtant, si les banques ne prêtaient plus, elles auraient disparu ! Mais il est vrai que depuis la crise financière de 2008, les banques ont souhaité limiter leur risque en durcissant les conditions de crédit.

Les banques ont tendance à moins prêter aux secteurs de l’économie les plus risqués, c’est-à-dire pour lesquels le taux de faillite est le plus élevé : la restauration par exemple.

Mais cela ne veut pas dire qu’elles ne prêtent plus.

Les critères du banquier pour apprécier un projet de création d’entreprise.

Pour apprécier un projet de création d’entreprise, le conseiller financier passe en revue différents points essentiels. Les voici, par ordre d’importance :

  1. Le profil personnel.
    • C’est le premier critère que va analyser le banquier, et le plus important.
    • Quel est le profil du porteur de projet ?
    • Quels savoirs (connaissances, diplômes) ?
    • Quel savoir-faire (maîtrise technique) ?
    • Quel savoir-être (comportement, personnalité, capacité à communiquer clairement) ?
    • Le porteur de projet a-t-il déjà exercé dans le domaine visé ? A t-il déjà été chef d’entreprise ?
    • Le porteur de projet a-t-il un réseau personnel ? De l’aide de son entourage ?
  2. Le comportement bancaire.
    • Il s’agit pour le banquier d’analyser la manière dont le porteur de projet gère son argent.
    • Si le porteur de projet est déjà client de la banque, il est « scoré », c’est-à-dire qu’une note lui est affectée, variable selon la nature et le nombre des incidents de paiement, dépassements de découverts, ou autres événements notables. En-dessous d’un certain score, le refus de prêt est systématique.
    • Si le porteur de projet n’est pas client de la banque, le banquier a toujours la possibilité de consulter des fichiers nationaux, tels le fichier des incidents de remboursement de crédit.
  3. L’activité visée.
    • L’activité visée est-elle porteuse ? La tendance du marché est-elle favorable ?
    • Le banquier a une opinion très précise sur ces questions : il a en effet accès à tous les comptes de ses clients et aux données sectorielles. Il sera réticent à prêter pour une création d’entreprise dans un secteur d’activité sinistré.
  4. Le projet lui-même.
    • Le projet est-il réaliste ?
    • Le modèle économique envisagé est-il pertinent ? (voir notre article sur le modèle économique d’une entreprise)
    • Les chiffres (plan financier) sont-ils convaincants ?
    • Le porteur de projet a t-il déjà des clients ou des promesses de commandes ?
    • Quel est le stade d’avancement du projet ? (l’idéal est de se présenter devant son banquier ni trop tôt ni trop tard…)
  5. Les co-financeurs.
    • Le porteur de projet apporte-t-il de l’argent ou des éléments matériels (apport en nature) ? Dans quelle proportion ?
    • D’autres financeurs ont-ils déjà donné leur accord ?

Comment convaincre son banquier ?

Voici quelques conseils efficaces pour convaincre son banquier. Le but est de le rassurer sur les points clés du projet.

  • Refaites votre CV afin de montrer les points de cohérence entre votre parcours et le projet,
  • Apportez des financements complémentaires : accord de prêt Nacre, prêt d’honneur du réseau initiative France,
  • Apportez des garanties : FAG, FGIF, ou encore garantie BPI France,
  • Menez une véritable étude de marché (voir notre article dédié), montrant des démarches de terrain et des résultats concrets en terme d’opportunités d’affaires,
  • Apportez des attestations de futurs clients s’engageant à travailler avec vous,
  • N’hésitez pas à mettre la banque en concurrence avec d’autres établissements.

Surtout, établissez un plan financier digne de ce nom : téléchargez notre modèle Excel gratuit, facile à remplir, et présenté au format professionnel.

Voir aussi nos modèles de business plans pour start-up.

Que faire en cas de refus de prêt ?

En cas de refus de prêt, ne vous découragez pas.

  • Première chose, demandez à votre banquier la ou les raisons du refus, en expliquant que vous cherchez à vous améliorer. Demandez-lui d’être franc avec vous.
  • Mettez à jour votre dossier, adaptez vos chiffres, continuez votre étude de marché, recherchez des financements complémentaires.
  • Sachez qu’il est possible de soumettre une nouvelle fois votre dossier dans le même établissement bancaire.
  • Déposez aussi votre dossier dans d’autres établissements bancaires.
  • En cas de nouveau refus, pensez à la solution du micro-crédit.

.

Voir aussi notre article : 5 façons de rater son entretien avec un banquier.

Vous pouvez noter cet article !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimez nos articles ?
Nous vous offrons un ebook :

" Les 10 commandements du créateur d'entreprise "

Entrez vos coordonnées pour recevoir le ebook

Toutes nos félicitations...
Vous venez de télécharger les 10 commandements du créateur d'entreprise !