Growth hacking : définition, techniques, exemples

4.67/5 (3)

Qu’est-ce que le growth hacking ? Quels sont les différents types et les différentes techniques de Growth hacking ? Quels sont les meilleurs exemples de start-up ayant pratiqué le Growth hacking ? WikiCréa vous dit tout.

Définition Growth hacking : Le terme Growth hacking peut se traduire en français par “piratage de croissance”. Il s’agit de procédés technologiques et marketing astucieux ou géniaux, visant à provoquer une croissance rapide voire fulgurante sans trop de dépenses ni d’investissements. On parle aussi de stratégie de croissance rapide.

Le Growth hacking est né au début des années 2010 et intéresse particulièrement les entreprises digitales et les start-up.

La notion de Growth hacking est intimement liée à celle de marketing, de modèle économique, d’innovation, de créativité et de technologie. En effet l’objectif du Growth hacking est de mettre au point des méthodes permettant :

  • d’atteindre la cible, de la manière la plus directe et la plus efficace possible,
  • d’accroître la notoriété, le plus rapidement possible,
  • de faire croître de manière accélérée le chiffre d’affaires et le nombre d’utilisateurs,
  • d’automatiser au maximum les process d’acquisition client, de livraison, de communication, de gestion…

Certains procédés de Growth hacking relèvent plutôt du marketing, d’autres plutôt de la technologie, mais la plupart d’entre eux mêlent les deux aspects.

Enfin, les techniques de Growth hacking sont par nature efficaces et créatrices de valeur, mais peuvent présenter des limites :

  • elles sont parfois éphémères : leur effet fulgurant est limité dans le temps du fait de la lassitude des utilisateurs par exemple.
  • elles sont souvent copiées par la concurrence, ce qui fait fondre l’avantage concurrentiel rapidement.
  • elles sont parfois risquées : les méthodes de communication de masse peuvent déplaire au public et se retourner contre leurs créateurs. Par ailleurs, la loi encadre certaines pratiques commerciales ainsi que l’utilisation des données des utilisateurs…

Les techniques de Growth hacking.

Il existe de nombreuses techniques de Growth hacking, qui peuvent prendre des formes très différentes d’une entreprise à une autre. En réalité, il est difficile de reproduire “telle quelle” une technique de Growth hacking observée au sein d’une autre entreprise.

Concevoir un procédé de Growth hacking consiste en trois étapes majeures :

  1. Comprendre précisément les attentes et les besoins des clients, dans une logique d’inbound marketing (cliquez pour lire la définition),
  2. Automatiser les processus visant à atteindre, acquérir et fidéliser les clients potentiels,
  3. Affiner sans cesse les processus mis en place, afin d’atteindre une efficacité remarquable.

Citons quelques techniques de Growth hacking anciennes :

  • La vente pyramidale, qui consiste à créer un réseau de clients-vendeurs cooptés (VDI),
  • Le parrainage, qui consiste à transformer le client en prescripteur,
  • Le cross selling (vente additionnelle en rayon), qui consiste à proposer au client des produits auxquels il n’aurait pas pensé.

A présent citons quelques techniques de Growth hacking dans le monde digital :

  • Le spamming : méthode aujourd’hui interdite et inefficace,
  • L’emailing : méthode potentiellement efficace si elle est bien ciblée et personnalisée,
  • Les boutons automatiques de partage sur les réseaux sociaux,
  • La mise à disposition gratuite d’un e-book pour obtenir les coordonnées des leads,
  • La création de messages viraux sur les réseaux sociaux (vidéos créant la surprise, humour…) pour enclencher un effet viral,
  • L’utilisation d’une communauté d’utilisateurs déjà existante,
  • L’ajout d’un lien en signature des e-mails,
  • et bien d’autres encore…

Exemples d’entreprises pratiquant le Growth hacking.

Voici quelques exemples d’entreprises pratiquant ou ayant pratiqué le Growth hacking :

  • Facebook : par son caractère généraliste, social et addictif, le réseau social a conquis l’humanité. C’est le bouche-à-oreille qui a permis au réseau de s’étendre à la vitesse grand V. Mais à l’origine, Mark Zuckerberg a utilisé une technique de Growth hacking assez osée : il a hacké l’intranet d’Harvard pour obtenir les photos d’identité de tous les étudiants,
  • Linkedin : la plateforme a vu exploser le nombre de ses utilisateurs grâce à la génération automatique d’e-mails à partir du carnet d’adresse des utilisateurs,
  • Airbnb : la croissance fulgurante d’Airbnb a démarré par une technique de spamming d’un site de petites annonces américain,
  • Spotify : c’est le partage automatique des musiques écoutées par les utilisateurs sur le fil d’actualité Facebook qui a fait exploser la notoriété du site,
  • Candy Crush : c’est son intégration à Facebook qui a permis à l’application de décoller.

Voir aussi nos articles :

Vous pouvez noter cet article !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Préparez votre création
Téléchargez notre pack création 100% gratuit

Contient 3 documents indispensables :

guide de l'étude de marché
modèle de business plan Word
modèle de plan financier Excel

Entrez vos coordonnées pour recevoir le pack création

Toutes nos félicitations...
Vous venez de télécharger le pack création !