Savoir lire et comprendre un bilan comptable

4.33/5 (6)

Qu’est-ce qu’un bilan comptable ? Comment lire et interpréter un bilan ? Cet article vous donne les clés pour savoir lire un bilan.

Définition : Le bilan est la photographie du patrimoine de l’entreprise à un moment “T”. Il est réalisé au moment de la clôture de l’exercice comptable (le plus souvent le 31 décembre). Il présente d’un côté ce que l’entreprise possède (l’ACTIF) et de l’autre ce qu’elle doit (le PASSIF).

bilan actif passif

La réalisation du bilan comptable est obligatoire pour certaines structures (EIRL, associations et entreprises agricoles, artisanales, industrielles ou commerciales) et pourra être librement consultable sur certaines sources en ligne comme celle-ci.

Le bilan : contenu de l’ACTIF.

L’actif représente ce que l’entreprise possède, que ces éléments soient matériels ou immatériels. Il se compose des principaux éléments suivants :

L’actif immobilisé :

  • Les immobilisations : éléments durables présents dans l’entreprise qu’ils soient matériels (véhicule, outillage, matériel de bureautique…), immatériels (fonds de commerce lors d’un rachat d’entreprise) ou financiers (dépôt de garantie ou caution). Ces éléments apparaissent d’une part pour leur valeur d’achat (montant brut) et d’autre part pour leur valeur comptable “dépréciée” à l’instant T (montant net).

L’actif circulant :

  • Les stocks et en-cours : stock de marchandises non encore vendues et de matières premières non utilisées mais achetées ou encore stock d’en-cours c’est-à-dire en cours de fabrication ou de réalisation. Ces éléments sont variables et leur valeur est arrêtée à l’instant T en fonction de leur prix d’achat ou coût de production (la méthode de valorisation doit être stable dans le temps). Ceci nécessite de faire un état des stocks.
  • Les créances : ce sont les sommes qui sont dues à l’entreprise à l’instant T du bilan. Ce poste est constitué des factures non encore réglées par les clients mais aussi des acomptes et avances déjà versés aux fournisseurs.
  • Les disponibilités : ce sont les sommes d’argent, la trésorerie, dont dispose l’entreprise à l’instant T du bilan que ce soit sur ses comptes bancaires ou dans sa caisse.

Le bilan : contenu du PASSIF.

Le PASSIF représente l’ensemble des dettes de l’entreprise. Il se compose des principaux éléments suivants :

Les capitaux propres :

  • Le capital : apports en nature (matériel) ou en numéraire (argent) mis à disposition de la société par les associés au moment de la création ou par augmentation de capital.
  • Les réserves : partie des bénéfices non distribués et laissée à la disposition de l’entreprise. Les réserves peuvent être légales (imposées par la loi), statutaires (prévues dans les statuts de la société) ou autres (décidées par les associés ou imposées par une réglementation de l’activité).
  • Le report à nouveau : partie des bénéfices non distribués ou pertes des exercices antérieurs (s’il est négatif) dont l’affectation sera définie à la fin d’un exercice futur, soit par mise en réserve ou distribution du reliquat de bénéfice, soit par compensation d’un bénéfice par les pertes antérieures.
  • Le résultat de l’exercice : bénéfice de l’entreprise sur l’exercice qui vient accroître la possibilité de financement propre de l’entreprise, ou pertes de l’entreprise qui à l’inverse diminuent la capacité de financement propre de l’entreprise.

Les dettes :

  • Les dettes : elles sont découpées en trois catégories, les dettes financières (emprunts et dettes assimilées) c’est-à-dire le capital restant dû par l’entreprise à l’instant T du bilan (envers les banques ou les associés dans le cas d’un compte courant d’associé), celles envers les fournisseurs et comptes rattachés et celles dues auprès des autres organismes (Etat, personnel, organismes sociaux…).

Présentation et structuration du Bilan.

Le bilan peut se présenter sous deux formes différentes, soit en tableau faisant apparaître à gauche l’ACTIF et à droite le PASSIF, soit en liste (présentation habituelle des documents fiscaux mais aussi émanant des cabinets comptables) c’est-à-dire en premier et en haut l’ACTIF puis au dessous le PASSIF.

Le principe de la comptabilité dite en partie double impose un nécessaire équilibre des postes, le total ACTIF sera toujours égal au total PASSIF.

Cet équilibre sera systématiquement trouvé et ajusté grâce aux comptes de capitaux propres (capital, réserves, report à nouveau et/ou résultat).

Le bilan est de plus toujours présenté avec le rappel de l’année précédente et ce pour une raison simple : une bonne analyse financière ne peut se faire qu’en comparant plusieurs années.

Ordre de présentation du Bilan.

La structure même du bilan, c’est-à-dire l’ordre de présentation des différentes composantes, n’est pas un hasard : elle est réalisée de façon à faire apparaître en premier (en haut) les éléments les moins disponibles ou liquides, c’est-à-dire ceux transformables le moins rapidement en liquidité (les immobilisations). Plus on descend dans le tableau plus les éléments sont aisément transformables en argent liquide (d’où la présence au bas de l’actif des disponibilités puisque ces dernières sont parfaitement liquides).

Le haut Bilan représente donc les éléments durables, et donc peu disponibles, alors que le bas Bilan représente les éléments aisément transformables en trésorerie.

Voir aussi le modèle officiel de présentation du bilan simplifié.

L’analyse du Bilan comptable.

Pour analyser la situation financière d’une entreprise au regard de son Bilan, il est nécessaire d’analyser ce dernier par grandes masses afin de valider les bons équilibres financiers. Ainsi, trois analyses distinctes vont être réalisées : le FONDS DE ROULEMENT (FR : équilibre sur le long terme), le BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT (BFR : équilibre court terme) et la TRESORERIE.

Le Fonds de Roulement : au coeur du bilan comptable.

Cette notion permet de contrôler l’équilibre du bilan sur le long terme.

Il s’agit d’une comparaison des montants de l’actif à long terme (les immobilisations) et des montants du passif à long terme (capitaux propres et emprunts à long et moyen terme).

fonds de roulement définition calcul

Le Fonds de Roulement permet de financer le Besoin en Fonds de roulement, c’est-à-dire le cycle d’exploitation (voir plus bas).

Voir notre article sur le fonds de roulement.

Le Besoin en Fonds de Roulement.

Cette notion est une analyse de l’équilibre court terme de l’entreprise.

Il s’agit donc d’une analyse comparative de l’actif court terme (circulant hors disponibilités) et du passif court terme (dettes d’exploitation et autres dettes non financières).

Il s’agit d’analyser le poids des stocks et des créances à court terme par rapport aux dettes à court terme.

En pratique, le BFR constitue la ressource financière à mobiliser pour le financement du cycle d’exploitation. En effet, le cycle économique de l’entreprise nécessite de financer sur le court terme un certain nombre de dépenses (achats de marchandises ou matières premières, paiement des salaires…) alors même que les clients de l’entreprise n’ont pas nécessairement réglé leurs factures ou que le produit n’est pas encore vendu. Ce décalage entre les entrées et les sorties engendre un besoin de financement court terme que l’on nomme donc BFR.

calcul besoin fonds roulement

Voir notre article sur le besoin en fonds de roulement.

La trésorerie.

La trésorerie est la différence entre le fonds de roulement et le besoin en fonds de roulement.

Voir aussi la définition du bilan comptable donné par Bercy.

 

Voir aussi notre article : Comment lire un compte de résultats.

Vous pouvez noter cet article !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Préparez votre création
Téléchargez notre pack création 100% gratuit

Contient 3 documents indispensables :

guide de l'étude de marché
modèle de business plan Word
modèle de plan financier Excel

Entrez vos coordonnées pour recevoir le pack création

Toutes nos félicitations...
Vous venez de télécharger le pack création !