Droit au chômage en cas de démission : Macron encourage la création d’entreprise

5/5 (4)

Consécutivement à sa promesse de campagne, Emmanuel Macron et le gouvernement d’Edouard Philippe ont annoncé en octobre 2017 qu’ils souhaitaient faire profiter les salariés démissionnaires du droit aux allocations chômage. Qu’en est-il vraiment ? Quel impact sur la création d’entreprise en France ?

A noter : cet article est mis à jour régulièrement en fonction de l’actualité.

L’annonce du Président Macron intervient dans le cadre du volet « protection » de la réforme du marché du travail. La réforme vise à donner plus flexibilité aux employeurs mais aussi plus de sécurité et de perspectives aux salariés.

A l’heure actuelle, un salarié qui démissionne n’a pas droit aux allocations chômage, sauf dans des cas de démission pour cause légitime. L’idée d’Emmanuel Macron serait d’instaurer un droit aux allocations chômage pour les salariés qui démissionnent, actionnable périodiquement, par exemple une fois tous les 5 ans.

L’objectif de la réforme des allocations chômage en cas de démission.

La possibilité de percevoir les allocations chômage en cas de démission vise à encourager la mobilité des salariés : ces derniers pourraient changer d’activité, se former, ou encore créer une entreprise s’ils le souhaitent. Les droits au chômage permettraient d’assurer la stabilité de leurs revenus, le temps de leur reconversion.

Cette mesure, certes très coûteuse, aboutirait à fluidifier le marché du travail tout en offrant de meilleures perspectives personnelles aux individus. C’est en tous cas le pari d’Emmanuel Macron.

Démission et droit au chômage : quand sera mise en place la réforme ?

La réforme est actuellement en négociation avec les partenaires sociaux ; elle est prévue pour 2018.

Macron et le gouvernement veulent éviter les dérives.

La réforme comporte d’évidents risques de dérives. Beaucoup de salariés pourraient en profiter pour donner leur démission, sans forcément avoir de projet réaliste pour la suite. Lors de son interview du 15 octobre 2017, Emmanuel Macron a présenté des pistes pour éviter ces dérives :

  • accorder les droits au chômage uniquement en cas de projet concret, par exemple un projet de création d’entreprise. Dès lors se pose le problème du contrôle et de la validation de ces projets, afin de s’assurer qu’ils soient réalistes. Pôle Emploi aura-t-il le temps et les compétences nécessaires pour cela ?
  • le droit aux allocations en cas de démission ne serait actionnable que périodiquement : tous les 5, 6 ou 7 ans selon les déclarations du Président au cours de cette même interview.

Démission et droit au chômage : l’impact de la réforme sur la création d’entreprise.

Il semble évident que cette réforme, si elle voit le jour, sera favorable à la création d’entreprise. Nombre de salariés lassés par leur travail rêvent de se mettre à leur compte pour travailler en toute indépendance.

Pourtant la création d’entreprise en doit surtout pas être envisagée par défaut. Un projet de création d’entreprise nécessite de longues démarches préalables : bilan de compétences, formation, étude de marché… Le taux d’échec à 5 ans reste élevé à plus de 60%.

En création d’entreprise, le secret de la réussite réside dans la préparation. WikiCréa est là pour vous aider !

 

Voir aussi nos articles :

Vous pouvez noter cet article !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimez nos articles ?
Nous vous offrons un ebook :

" Les 10 commandements du créateur d'entreprise "

Entrez vos coordonnées pour recevoir le ebook

Toutes nos félicitations...
Vous venez de télécharger les 10 commandements du créateur d'entreprise !