Créer une entreprise avec son conjoint

5/5 (3)

Comment créer une entreprise avec son conjoint ? A quoi faut-il faire attention lorsqu’on crée une entreprise en couple ?

Créer une entreprise en couple est un rêve qui peut réussir, mais parfois aussi se transformer en cauchemar. Travailler ensemble implique de tout mettre en commun, vie privée (relation intime, émotions) et vie professionnelle. Dans la plupart des cas, cela provoque des difficultés et des tensions.

Voici tout ce qu’il faut savoir pour créer une entreprise avec son conjoint.

Voir aussi notre article : 20 idées de création d’entreprise en couple.

Créer une entreprise avec son conjoint : est-ce une bonne idée ?

Créer une entreprise avec son conjoint exige une très bonne entente au sein du couple, et au-delà, une excellente connaissance mutuelle. Les chances de réussite seront meilleures si les partenaires ont déjà travaillé ensemble par le passé, ou si les partenaires sont en couple depuis longtemps.

Créer une entreprise avec son conjoint peut être une bonne idée si plusieurs conditions sont réunies :

  • les partenaires doivent être capables d’évacuer leurs sentiments/émotions au cours de la journée de travail,
  • de la même manière, ils doivent être en mesure d’évacuer les soucis professionnels une fois la journée de travail terminée,
  • la séparation entre vie personnelle et vie professionnelle doit donc être claire,
  • l’objectif ne doit pas être de faire plaisir à l’autre : chacun doit trouver son intérêt dans l’aventure,
  • le rôle professionnel de chacun doit être bien identifié,
  • les tâches et les responsabilités doivent être clairement définies.

Créer une entreprise avec son conjoint ne nécessite pas forcément une égalité parfaite entre les deux partenaires, bien au contraire. Dans certains cas, il faut accepter et assumer l’idée qu’il y ait un porteur de projet qui dirige, quitte à ce que l’autre partenaire se mette un peu en retrait.

D’autre part, il sera préférable, dans la mesure du possible, que les partenaires ne travaillent pas tout le temps l’un à côté de l’autre. Dans l’idéal, les tâches et les zones de responsabilité étant bien définies, les partenaires ne doivent pas se gêner ni se marcher sur les pieds. Il n’est pas nécessaire que chaque décision soit validée par le conjoint, même si ce dernier peut intervenir pour aider ou conseiller son partenaire.

Rappelons qu’une association équilibrée repose sur la complémentarité entre les associés : chacun doit avoir la responsabilité des tâches ou missions qu’il maîtrise le mieux, de part ses compétences ou expériences passées.

Concrètement, pour partir sur de bonnes bases, posez-vous les questions suivantes :

  • qui est véritablement à l’origine du projet ?
  • quels sont les intérêts de chacun ? sur le plan professionnel / sur le plan de l’organisation / sur le plan financier…
  • qu’est-ce que chacun des partenaires sait faire de mieux ? Quelles sont les compétences, savoir-faire et savoir-être de chacun ?
  • qui serait le mieux à même de s’occuper de l’administration et de la gestion ?
  • qui serait le mieux à même de s’occuper de la relation avec les clients ?
  • qui serait le mieux à même de s’occuper de la production et de la logistique ?
  • qui serait le mieux à même de s’occuper de la stratégie générale ?

Voir aussi notre article : 10 conseils pour bien s’associer.

Créer une entreprise avec son conjoint : quel statut juridique ?

Quel statut d’entreprise pour un couple ?

Différents statuts juridiques sont possibles lorsqu’on crée une entreprise avec son conjoint, voici les 3 principaux :

1) Le statut de conjoint-collaborateur.

Le statut de conjoint-collaborateur est accessible au conjoint du travailleur indépendant non salarié (cotisant dans la plupart des cas au RSI). C’est un statut souple, simple et assez peu coûteux, qui permet au conjoint du chef d’entreprise de bénéficier de la protection sociale RSI et de certains droits : retraite, indemnités journalières, maladie, maternité ou encore formation professionnelle.

Le statut de conjoint-collaborateur permet donc au conjoint de bénéficier d’un statut de “chef d’entreprise bis”, sans avoir à accomplir trop de formalités.

Le statut de conjoint-collaborateur est accessible en entreprise individuelle (auto-entreprise, micro-entreprise, EI, EIRL), en EURL et en SARL. Plusieurs formules sont proposées.

Inconvénients du statut de conjoint-collaborateur :

  • Le statut de conjoint-collaborateur n’ouvre aucun droit aux revenus du capital ni aux plus-values générées en cas de revente de l’activité. Cela peut se révéler très douloureux en cas de rupture survenant dans le couple : le conjoint-collaborateur se sentira très certainement lésé,
  • Il n’y a pas de statut de conjoint-collaborateur en SAS / SASU.

Pour plus de détails, voir notre article : Le statut de conjoint-collaborateur.

2) Le statut du conjoint associé.

S’associer (à égalité ou non) est une bonne solution pour créer une entreprise avec son conjoint. Cela oblige à créer une société de type SARL ou SAS :

  • Dans le cas de la création d’une SAS, l’un des associés pourra être nommé Président et l’autre Directeur Général, avec des pouvoirs équivalents ou non.
  • Dans le cas de la création d’une SARL, les deux associés seront co-gérants majoritaires, avec des pouvoirs identiques ou non.

Un avantage majeur à cette formule : les associés possèdent chacun un part de capital et ont donc des droits sur la valeur actuelle et future de l’entreprise. Par ailleurs, il est fortement recommandé de signer un pacte d’associés.

3) Le statut du conjoint-salarié.

Le statut du conjoint salarié consiste tout simplement à salarier son partenaire. Cette formule comporte un avantage majeur : le conjoint bénéficiera de toutes les protections offertes par le droit du travail, par exemple les indemnités chômage.

Un risque cependant : en cas de revente de l’entreprise, le statut de conjoint-salarié n’ouvre aucun droit aux revenus du capital ni aux plus-values générées en cas de revente de l’activité. Cela peut se révéler très douloureux en cas de rupture survenant dans le couple : le conjoint-salarié se sentira très certainement lésé s’il avait un rôle majeur au sein de l’entreprise.

Voir aussi notre article : 10 conseils pour bien s’associer.

Vous pouvez noter cet article !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Profitez du code de réduction :
WCREA12

d'un montant de 20€ pour créer votre SASU en ligne
ou pour vous former via notre FORMATION en ligne

Entrez votre adresse e-mail pour être redirigé

Redirection en cours ...