Artisanat : ces vieux métiers qui reviennent

5/5 (3)

L’artisanat existe depuis des millénaires. Bien qu’avec la venue d’Internet, notre monde ait considérablement évolué, il existe encore des domaines liés à des vieux métiers qui nous sont utiles actuellement.
Relieur, boulanger, ferronnier, sculpteur sont autant de métiers qui subsistent encore de nos jours et peuvent faire l’objet d’une création d’entreprise pour tout artisan.

Quels sont les anciennes professions qui existent toujours aujourd’hui ? Voici notre liste de ces vieux métiers qui reviennent sur le devant de la scène.

Les vieux métiers du vin / de la bière

Brasseur

Ce fabricant de bière peut très bien travailler au sein d’une brasserie ou alors être à son compte. En plus de s’occuper du brassage de la bière, ce professionnel maîtrise également les 2 autres étapes de production de la bière : le maltage et la fermentation.

Pour devenir brasseur, vous avez la possibilité de passer un CAP Conducteur d’Installation de Production ou des formations en DUT, comme Génie biologique option Industries Agroalimentaire et Biologique.

Caviste

Encore très représenté dans eprésenté dans de nombreuses régions viticoles françaises, le métier de caviste a de beaux jours devant lui !
Professionnel du vin, il travaille soit dans une cave à vin ou chez un négociant et peut tout à fait le faire en tant qu’indépendant.

Son travail dans un cave à vin sera différent de chez un négociant. En effet, dans le premier cas, le métier va consister à prendre en charge la fabrication du vin. Tandis que dans la deuxième situation, il est en charge de la réception des vins à leurs ventes en passant par le stockage. Autant d’opportunités pour permettre à chacun de s’épanouir dans ce métier très varié !

Il existe de multiples voies pour obtenir un diplôme permettant d’exercer le métier de caviste. Ainsi, il est possible d’effectuer un CAP Agricole Vigne et Vin ou aller jusqu’au Master (Bac+5) en Oenologie.

Tonnelier

Ce métier est parfait pour un pays grand producteur de vin, comme la France ! Le tonnelier prend en charge la fabrication et la réparation des fûts de stockage pour le vin.
Ici, une seule voie permet de devenir tonnelier indépendant : le CAP Tonnellerie. Attention, peu d’établissements proposent la formation sur le territoire français.

Les vieux métiers des métaux

Chaudronnier

En exerçant ce métier, vous allez être amené à travailler avec les métaux (fer, laiton, cuivre, aluminium) dans le but de fabriquer des cuves ou chaudières. Un chaudronnier est utile dans plusieurs secteurs en France : aéronautique, nucléaire, métallurgie, artisanat, industries du pétrole et de la chimie.
Les besoins sont diversifiés et même si vous pensez ce vieux métier désuet, il n’en est rien !

La formation minimale imposée pour devenir chaudronnier est un CAP Réalisation Industrielle en chaudronnerie ou soudage ou un CAP Composites, Plastiques Chaudronnés.

Coutelier

Le coutelier est un professionnel artisan qui confectionne des couteaux, poignards, couverts de tables, lames, ciseaux …
Le fabricant de couteaux artisanaux travaille avec le métal. Il doit maîtriser avec grande précision tous les gestes techniques spécifiques à la conception de chaque produit à part. Un bon coutelier doit avoir une sensibilité artistique développée et mettre de la passion pour réussir ses œuvres.

Cette profession, historiquement des plus anciens des métiers de l’artisanat, continue encore à se perpétuer. Ce dernier peut se spécialiser dans l’un des secteurs de coutellerie suivants :

  • Professionnelle : métier de la bouche
  • De table : couverts de table
  • Fermante : couteaux pliants de poche
  • D’art : armes en pièces uniques

Relevant de la compétence de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat, le coutelier indépendant doit justifier sa qualification professionnelle. Voici les formations qui donnent accès à ce métier :

  • CAP instruments coupants et de chirurgie : une formation professionnelle de 2 ans
  • BP de maitrise coutelier réparateur
  • BP de maitrise supérieure fabrication

Pour se perfectionner dans les techniques de coutellerie, les artisans poursuivent des formations continues dans les techniques de forge, traitements thermiques …

A défaut de justifier d’un diplôme en la matière, une expérience de 3 ans au minimum est nécessaire pour créer une entreprise de coutellerie sans diplôme.

Ferronnier

Le ferronnier est un artisan qui crée des objets à partir de métaux. Il travaille essentiellement avec le fer forgé, mais peut toucher également à l’acier, la fonte … C’est un artiste capable de fabriquer des formes architecturales, des éléments de décoration et du mobilier intérieur. Il peut se spécialiser aussi dans la restauration des éléments en fer forgé, en particulier dans les monuments historiques.

Appelé également ferronnier d’art, ce professionnel travaille en solo dans son atelier ou sur le chantier. Il a pour mission de produire des pièces en série (circuit industriel) ou sur-mesure (manuel). Il peut assurer la pose des œuvres produites. L’artisan ferronnier spécialiste en ornementation est désigné comme un feuillagiste.

A savoir : le marché de ferronnerie enregistre un manque de maitre-ferronnier ce qui ouvre plusieurs débouchés aux entrepreneurs spécialistes dans ce domaine.

En France, l’accès au métier de ferronnier est possible via une formation auprès de l’AFPA ou un apprentissage ouvrant à un diplôme reconnu par la Chambre des Métiers et de l’Artisanat. Pour justifier de la qualification professionnelle, il faut avoir :

  • CAP serrurier métallier
  • CAP ferronnier d’art
  • FCIL escaliéteur rampiste
  • BAC pro technicien en chaudronnerie industrielle
  • BMA ferronnier d’art
  • BM (Brevet de maitrise) ferronnier
  • DMA décor architectural, option métal

Il est toujours possible de créer son entreprise de ferronnerie sans diplôme à condition de justifier d’une expérience professionnelle d’au moins 3 ans dans le domaine.

Les vieux métiers d’art

Orfèvre

Ce métier dispose de similarités avec le restaurateur d’art, puisqu’il nécessite un côté artistique. En effet, l’orfèvre travaille et crée des bijoux en métaux précieux. Il peut aussi réparer des bijoux, objets d’ameublement, de décoration et de culte.
Contrairement aux grands ateliers d’orfèvrerie, l’indépendant doit maîtriser toutes les étapes de fabrication d’un bijou ou objet en métal précieux.

Vous devez justifier d’une formation diplômante, avec un CAP Orfèvre ou un BMA Orfèvre, par exemple.

Relieur

Le relieur-doreur est un artisan d’art qui restaure les livres anciens ou modernes. Il existe trois grandes catégories de relieurs : restaurateur, relieur courant ou relieur d’art contemporain.

De nos jours, on confie le plus souvent au relieur-doreur des ouvrages courants pour une reliure simple. Mais aussi des manuscrits ou des livres précieux. L’artisan réalise ensuite une reliure d’art, à partir de matériaux nobles et en utilisant des techniques plus ou moins élaborées ou anciennes.

Peut-on créer une entreprise de reliure-dorure sans diplôme ? La réponse est non si vous souhaitez être reconnu Artisan d’art.
Le CAP arts de la reliure est le diplôme de base pour s’installer relieur. Pour réaliser des travaux plus complexes sur des ouvrages anciens et de valeur, le BMA (brevet des métiers d’art) arts de la reliure et de la dorure, le DMA (diplôme des métiers d’art) arts graphiques option reliure-dorure, accessible avec le bac techno STD2A (sciences et technologie du design et des arts appliqués), ou une MANAA (classe de mise à niveau en arts appliqués) sont recommandés.

A noter :

  • Pour obtenir le titre d’Artisan d’Art, il faut avoir un diplôme de niveau V (CAP ou équivalent) ou 3 ans d’expérience dans le métier,
  • Pour obtenir le titre de Maître-Artisan d’Art, il faut avoir le Brevet de Maîtrise (BM, ou équivalent) ainsi que deux années de pratique professionnelle, ou 10 ans d’expérience dans le métier

Voir notre article sur les titres d’Artisan d’Art et de Maître artisan.

Restaurateur d’oeuvres d’art

Un restaurateur d’œuvres d’art use de ses talents pour rattraper les dégradations naturelles, des hommes ou du temps sur les œuvres d’art. Un grand nombre de restaurateurs se spécialisent dans un domaine particulier. Ils peuvent en tant qu’indépendants travailler pour des musées, galeries d’art et/ou des collectivités territoriales.
Une maîtrise de l’histoire de l’art se révèle indispensable pour exercer ce vieux métier.

De plus, vous devez justifier d’un diplôme : CAP Tailleur de pierre ou CAP bronzier, Master histoire de l’Art.

Sculpteur sur bois

Le sculpteur crée des formes à partir du bois, pierres ou le bronze. Il taille ces matières, essentiellement le bois, pour obtenir des croquis, objets de décorations, des statues et des sculptures monumentales. On fait également appel à ses talents pour restaurer d’anciens ornements.

On distingue entre deux techniques de sculpture :

  1. La sculpture en ronde bosse. La pièce travaillée repose sur un socle pour qu’on puisse l’observer de n’importe quel angle. Cette technique est utilisée dans la création des motifs décoratifs et statues.
  2. La sculpture ornementale : elle se repose sur des reliefs (hauts et bas) sur lesquels se base la pièce. Cette technique est utilisée pour décorer des objets (meubles, panneaux …).

Si le menuisier traite le bois pour fabriquer des meubles, le sculpteur en fait sa matière de prédiction pour créer des chefs d’œuvres. Ce professionnel est amené à aimer son travail, avoir une sensibilité artistique développée et une extraordinaire habilité manuelle pour réussir son coup.

Relevant de l’artisanat, le métier du sculpteur nécessite le respect des règles de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat, à savoir l’obligation de la qualification professionnelle. Pour s’installer, il faut présenter l’un des diplômes suivants :

  • CAP art du bois option sculpteur ornemaniste : formation de 1 à 3 ans
  • FMA spécialité sculpture : formation de 3 ans
  • DMA arts de l’habitat option décors et mobiliers spécialité sculpture : formation de 2 ans

A défaut d’un diplôme en la matière, une expérience professionnelle d’au moins 3 ans est requise pour créer une entreprise de sculpture.

Tailleur de pierre

Le drame de la Cathédrale Notre-Dame de Paris a remis ce vieux métier au goût du jour pour le public. Issu d’un savoir-faire millénaire, le tailleur de pierre utilise ses compétences pour de la restauration de monuments mais aussi des constructions neuves.
Un tailleur va travailler sur du marbre, du granit, du calcaire ou encore du grès.

Si vous souhaitez devenir tailleur de pierre indépendant, un CAP tailleur de pierre ou CAP Marbrier du bâtiment et de la décoration vous sont demandées.
A noter : les meilleures formations sont effectuées chez les Compagnons du devoir.

Les autres vieux métiers

Cireur de chaussures

Voici un métier qui s’est parfaitement réinventé avec le temps ! Plutôt convoité par les hommes d’affaires, il s’agit d’un métier désormais lié à la culture Barbershop. Le cireur de chaussures a donc de l’allure et peut travailler dans des aéroports, galeries marchandes ou dans des bureaux.

Le plus avec ce vieux métier est qu’il ne nécessite aucune formation. Seule la pratique vous aidera à le maîtriser parfaitement !

Horloger

Devenu rare, ce vieux métier consiste à réparer, effectuer la maintenance et le réglage des objets d’horlogerie (montres, horloges anciennes …). L’horloger indépendant peut exercer dans 2 secteurs :

  • L’horlogerie de petit volume comprenant les montres, montres à gousset.
  • L’horlogerie de gros volume avec les horloges d’édifice, les pendules.

Aujourd’hui, l’horloger doit aussi maîtriser le fonctionnement des objets électroniques pour s’adapter pleinement aux demandes de ses clients.

Pour exercer le métier, vous devez justifier d’une formation dans le domaine :

  • CAP Horlogerie
  • BMA Horlogerie
  • DMA (Diplôme des Métiers d’Art) Horlogerie

Luthier

Le luthier fabrique et restaure les instruments en bois et à cordes : guitares, violons, contrebasses …
Ce vieux métier est très propice a un exercice en tant qu’indépendant puisque la plupart des luthiers en France disposent de leur propre atelier.

Un luthier doit avoir une appétence pour la musique, ce qui lui permet de déterminer les sons de chaque instrument. Il doit aussi être très habile de ses mains car les réparations et la fabrication demandent beaucoup de minutie. Et enfin, la patience est le maître mot pour décrire le métier de luthier, puisqu’il est amené à travailler de longues heures durant sur un instrument.

Pour devenir luthier, vous pouvez vous orienter vers un CAP Lutherie ou un DMA Lutherie dans l’une des écoles françaises le proposant.

Maître-verrier

Le vitrailliste est un artisan chargé de la création, de la restauration et la pose des vitraux. Il intervient sur différents types de verres, maîtrise les techniques de soudure à l’étain et de sertissage au plomb. Il a des notions en art décoratif et pratique la peinture sur verre.

Appelé aussi « maître verrier », il intervient à titre indépendant auprès des particuliers, des collectivités locales, des communautés religieuses et des monuments historiques.

Quelques données sur le marché du vitrail en France :

  • La France est le premier marché du vitrail au monde avec 90 000 m2 de vitraux,
  • 80% du chiffre d’affaires des vitraillistes concerne la restauration, contre seulement 20% pour l’activité de création,
  • Le savoir-faire français est reconnu dans le monde entier. Les exportations concernent principalement l’Europe, les Etats-Unis et le Moyen-Orient.

Concrètement, pour s’installer vitrailliste, il faudra justifier de 3 ans d’expérience professionnelle, ou d’un diplôme adapté, par exemple :

  • CAP arts et techniques du verre, option vitrailliste (2 ans),
  • BMA verrier décorateur (2 ans),
  • FCIL (Formation complémentaire d’initiative locale), option peinture sur verre,
  • CVE (Compagnon verrier européen),
  • DMA décor architectural, option transparence ou option domaine des matériaux de synthèse (2 ans),
  • DMA traitement plastique de la transparence option vitrail (2 ans),
  • DRMA option restauration vitrail d’art (2 ans),
  • Master conservation restauration des biens culturels (MCRBC) (5 ans),
  • Diplôme universitaire des métiers d’art, option vitrail (DUMA).

Les principales normes et réglementations de la profession de vitrailliste concernent :

  • L’obligation de prévention et d’évaluation des risques (exposition aux fumées, au plomb, à la sciure de bois, etc). L’entrepreneur doit préparer un document unique d’évaluation des risques,
  • Le respect des normes de sécurité et normes de travail en atelier,
  • L’obligation d’information des clients par moyen de devis et affichage des prix,
  • L’obligation de souscrire à une assurance décennale.
  • A noter qu’il n’est plus obligatoire d’effectuer le stage de préparation à l’installation auprès de la Chambre des métiers et de l’artisanat.

Maréchal Ferrant

Artisan indépendant, le maréchal ferrant se veut un spécialiste du pied du cheval et de la ferrure. C’est lui qui prépare, pose et entretient les ferrures pour le travail du cheval en adaptation avec sa morphologie ou en prenant en compte une pathologie spécifique.

Un maréchal ferrant va aussi pouvoir prodiguer des conseils au propriétaire du cheval en lui indiquant toute anomalie qu’il aura constaté sur le pied de l’animal.

Les voies pour se tourner vers ce métier sont le CAPA Maréchalerie ou le BTM Maréchal Ferrant.

Nos documents (gratuits) pour vous aider à démarrer en tant qu’Artisan d’un vieux métier :

image_pdf

Vous pouvez noter cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Préparez votre création
Téléchargez notre pack création 100% gratuit

Contient 3 documents indispensables :

guide de l'étude de marché
modèle de business plan Word
modèle de plan financier Excel

Entrez vos coordonnées pour recevoir le pack création

Toutes nos félicitations...
Vous venez de télécharger le pack création !