Vendre son entreprise : approche psychologique

5/5 (3)

Comment bien vendre son entreprise ? Quelles difficultés personnelles peut-on rencontrer quand on vend son entreprise ? Quels sont les conseils pour bien vivre la cession de son entreprise ?

Vendre son entreprise est généralement une étape très attendue par le dirigeant, et pourtant elle se révèle souvent difficile à vivre, notamment sur le plan psychologique.

Pour que cette transition se passe au mieux pour toutes les parties (dirigeant, repreneur, employés, partenaires), il est important d’anticiper la cession plusieurs années en avance (voir note article Processus de cession d’entreprise : les 5 étapes).

Pour le cédant, connaître les difficultés généralement rencontrées lors d’un processus de vente d’entreprise permettra de les anticiper et de les surmonter, afin de bien préparer et vivre la cession.

Cet article aborde les principales difficultés que rencontrent les cédants, contrebalancées par quelques conseils. Le but est d’éviter tout sentiment de souffrance ou d’échec…

Vendre son entreprise : à quelles difficultés s’attendre ?

Vendre son entreprise, c’est risquer de traverser :

– Une crise identitaire :

Les raisons de la vente peuvent être diverses : retraite, lassitude, difficultés financières, envie de retrouver un emploi salarié plus stable…

Quand l’origine de la vente est autre que l’envie de s’investir dans une autre entreprise, la cession de l’entreprise va de pair avec la rupture du statut social d’entrepreneur. Il arrive alors que le cédant ait du mal à assumer sa nouvelle identité (de retraité, de salarié), qui s’accompagne bien souvent d’une perte d’influence, du renoncement au pouvoir, voire d’un sentiment de perte de légitimité sociale ou professionnelle.

Cette crise identitaire peut être vécue comme un véritable drame, d’autant plus que céder son entreprise entraine souvent une perte de repères au quotidien : diminution de niveau de vie, temps libre à occuper…

– Un tsunami émotionnel :

Avoir créé et dirigé une entreprise signifie s’y être énormément investi. Cela représente beaucoup de temps, d’efforts et d’abnégation. Le dirigeant a vécu pour et par son entreprise, et au moment de s’en séparer, il peut se sentir vidé et pris par la peur… peur de la séparation, peur de l’inconnu. A quoi ressemblera la vie sans l’entreprise ? Comment réorganiser sa vie ? Sera-t-il possible de faire autre chose aussi bien ? Sera-t-il possible d’en tirer autant de satisfaction ?

A noter que selon les cédants, leur rapport à leur entreprise, leur projet suite à la vente, et le moment de leur vie à laquelle la cession intervient, ces difficultés seront vécues durant plus ou moins longtemps et avec plus ou moins d’intensité. Si ces moments de turbulence ne sont pas bien identifiés au départ, le risque est clairement de sombrer et de s’enfermer dans la dépression.

Quelques conseils pour faire face à ces difficultés.

Continuons notre approche psychologique de la cession d’entreprise à travers deux conseils essentiels.

– Faites un véritable travail de deuil.

Le travail de deuil relatif à la « perte » de son entreprise a pour objectif d’accepter la cession et non de la subir.

Il est question ici d’accepter de renoncer à la fois à l’entreprise et à son identité à travers elle (statut social). Comme pour un deuil « classique », il s’agit de consentir à passer par les émotions suivantes : choc, déni, colère, révolte, culpabilité, dépression et peur.

Il est nécessaire de ne pas rejeter ses sentiments mais de les laisser s’exprimer. Ce n’est qu’après ce travail que le cédant aura la possibilité de se lancer dans une nouvelle vie sans regret.

– Etablissez un « plan » formalisé pour votre vie d’après.

Tout comme il est conseillé de rédiger un plan de retrait de l’entreprise (phases, dates, modalités), il est important d’établir un « plan de vie post-entreprise ». A l’instar du business plan qui anticipe et planifie la création d’une entreprise, ce plan devra établir ce que sera la nouvelle vie du cédant : anticiper, prévoir, planifier. Ainsi au moment de la vente, le cédant est déjà dans une nouvelle dynamique, avec de nouveaux objectifs. La séparation n’en est que plus facile et la « reconversion » rapide.

La rédactrice de cet article est Anne-Flore Adam, Docteur en entrepreneuriat, Formatrice et conseillère pour les entrepreneurs.

Continuez la lecture sur le thème “vendre son entreprise” et approfondissez :

Vous pouvez noter cet article !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les webinaires de WikiCréa sont là ! Dépêchez-vous... Inscrivez-vous :

Seulement 30€ pour les 8 premiers participants avec le code : web12 !

Bien sûr, vos données restent confidentielles.