Se lancer dans la production de vin africain

Deuxième région économique du monde à avoir une croissance rapide (juste derrière l’Asie), l’Afrique offre aux créateurs d’entreprise de belles opportunités. Un bon exemple de développement sur le continent, c’est le vin ! WikiCréa vous explique comment se lancer dans la production de vin africain.

Une production mondiale au plus haut

La référence, en matière de vin dans le Monde, c’est l’Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV). Un organisme intergouvernemental composé des 47 principaux États producteurs de vin dans le monde. Après un volume de production de vin exceptionnellement élevé en 2018 (292,3 millions d’hectolitres), la production 2019, estimée à 263 Miohl, est revenue au niveau moyen de ces dernières années.

Bien que la plupart des pays dans le monde produisent du vin, la moitié du vignoble est entre les mains de seulement cinq d’entre eux : l’Italie confirme son rang de premier producteur devant la France, puis l’Espagne, les USA et l’Argentine (source PRODUCTION DE VIN 2019 – Premières Estimations 31.10.2019).

Dix ans après la Chine, le vin africain

Ce qui se passe actuellement sur le continent africain ressemble fortement au scénario qui s’est déroulé, dans une moindre mesure, en Californie il y a cinquante ans, en Amérique du Sud voici trente ans, et en Chine il y a dix ans. En effet, pour constituer des vignobles florissants, les initiatives privées reçoivent le soutien, sinon la participation active, des autorités africaines. Ainsi, de nouvelles productions voient le jour et l’économie du pays s’en ressent.  

Le vin africain : un levier de croissance important

Avec de sérieux leviers de croissance, l’Afrique devient un enjeu stratégique. En effet, sa démographie (1,25 milliard d’habitants en 2016, le double prévu d’ici à 2050), son pouvoir d’achat amélioré et une consommation de vins et spiritueux en nette hausse depuis quelques années font d’elle un marché émergent.

Le premier pays africain, huitième producteur de vin au monde, est l’Afrique du Sud avec 9,7 Miohl. Viennent ensuite l’Algérie, deuxième producteur en Afrique avec 627.000 hectolitres par an, le Maroc avec 333.000 hectolitres et la Tunisie avec 244.000 hectolitres. Des pays comme le Gabon, la Tanzanie ou le Kenya se sont également mis à la production pendant que d’autres, tels le Nigeria, l’Ouganda, l’Angola et le Rwanda consomment de plus en plus.

En termes de consommation, le vin, qui était auparavant réservé aux élites, se démocratise. En effet, si l’Afrique ne représente aujourd’hui que 5 à 6% de la consommation mondiale de vin, ce taux est en augmentation constante depuis maintenant plusieurs années. Davantage consommatrice de vins rouges que de vins blancs, l’Afrique connait également une bonne croissance des vins mousseux.

Focus sur l’Afrique du Sud, la Tanzanie et le Kenya

En Afrique, les domaines viticoles sont appelés wineries.

Selon la Fédération des Exportateurs de Vins & Spiritueux de France (FEVS), l’Afrique du Sud est le principal moteur du marché africain du vin. Première puissance du continent en matière de production et d’exportation, l’Afrique du Sud est également une grande consommatrice : elle absorbe près de 50% des volumes consommés. Suivent le Nigeria, l’Angola, le Cameroun, l’Éthiopie, le Kenya et la Côte d’Ivoire. Désormais, dans les petites épiceries africaines dans lesquelles se ravitaillent les touristes comme les locaux, entre bouteilles d’eau, bières et Coca-Cola, trônent les bouteilles de vin.

La plupart des vins tanzaniens proviennent de la région de Dodoma, capitale politique du pays. Ici, ces dernières années plusieurs wineries importantes se sont développées, comme par exemple la Cetawico (Central Tanzanian Wine Company).

Mais la Tanzanie n’est pas un cas particulier en Afrique noire. En réalité, les initiatives se multiplient. Au Kenya, par exemple, il y a deux domaines viticoles au Kenya. Et notamment celui du Sud-Africain James Farquharson qui a réalisé une véritable performance vitivinicole : à 2.000 mètres d’altitude et pile au niveau de l’équateur, il a créé la Rift Valley Winery (RVW), une oasis de production à l’ouest de Nairobi.

En créant un vin qui pourrait être servi à la table de l’élite de Nairobi, comme aux touristes de Mombasa, il élabore des vins vendus à prix “raisonnables” (entre 4,50 € et 5,50 €). Son idée ? Convertir les Kenyans. Son objectif de production à court terme ? 3 millions de bouteilles, rien que ça !

Quel est l’enjeu de se lancer dans la production de vin africain ?

De l’Égypte à l’Afrique du Sud, en passant par la Namibie, l’Éthiopie et les pays du Maghreb, le vin africain est en train de prendre son essor. De multiples initiatives privées ont permis au continent noir de faire renaître de vraies nations viticoles. Pour le plus grand plaisir des amateurs de vins « exotiques » !

En effet, l’Afrique doit répondre à deux demandes : celle des touristes et celle de la classe moyenne supérieure. Et, même si elle a des problèmes économiques bien plus profonds à résoudre, le vin devient un véritable enjeu, car son PIB rejoindra d’ici 2050 celui de l’Europe. Plus proche de nous, c’est-à-dire dans moins de dix ans, on estime à 130 millions le nombre de foyers qui disposeront d’un revenu supérieur à 5 000 dollars annuels, autant dire un énorme potentiel !

S’ils sont producteurs, les Africains n’en sont pas moins consommateurs de vin. C’est la raison pour laquelle la plupart des pays africains doivent importer chaque année plus de vin : au moins 3 millions d’hectolitres actuellement, soit le double d’il y a dix ans (toujours selon l’OIV).

Le vin africain, un nouvel eldorado ?

Vous l’avez compris, le vin africain n’est plus le seul apanage du Maroc ou de l’Afrique du Sud. Depuis dix ans, le continent s’est ouvert à une nouvelle économie, et a fait son entrée sur le marché de l’exportation.

D’ailleurs, les Français ne sont pas en reste lorsqu’il s’agit de succomber aux charmes du Sauvignon Blanc kényan ou des vins du Nil, vieillis selon des méthodes ancestrales.

Les gouvernements ne comprennent pas toujours l’intérêt d’encourager cet essor, mais les initiatives privées, elles, se multiplient, impliquant parfois des géants du vin, comme le français Pierre Castel, par exemple. Et si l’Afrique était le nouveau continent du vin ? 

Bonus : modèles de documents Excel pour gérer votre entreprise (gratuit).

Découvrez notre formation à la création d’entreprise 100% en ligne

WikiCréa vous présente sa formation en ligne pour apprendre toutes les bases et créer votre organisation professionnelle en toute sérénité.
Son prix est avantageux et vous recevez à la fin une certification, qui vous aidera dans vos diverses démarches.

Vous pouvez noter cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Préparez votre création
Téléchargez notre pack création 100% gratuit

Contient 3 documents indispensables :

guide de l'étude de marché
modèle de business plan Word
modèle de plan financier Excel

Entrez vos coordonnées pour recevoir le pack création

Toutes nos félicitations...
Vous venez de télécharger le pack création !