Reprise d’une entreprise en liquidation ou difficulté financière : comment faire ?

Effectuer la reprise d’une entreprise en liquidation demande de multiples compétences et connaissances. Fine connaissance du monde de l’entreprise, un sens aigu de l’analyse et forte capacité de travail en font partis.
Il convient également de s’interroger sur un certain nombre de paramètres pour s’assurer que l’on a bien tout pris en compte.

Mais quels sont-ils ? Comment faire de la reprise d’une société une bonne affaire ? WikiCréa répond à vos questions dans cet article.

Faire un travail personnel préalable : analyser vos motivations et vos envies

La reprise d’une entreprise en liquidation ou en difficulté se veut un travail laborieux et exhaustif qui exige de la maîtrise et du sang-froid.Vous devez donc vous assurer, avant de vous lancer dans cette aventure, que votre motivation est réelle, voire même indéfectible.  Ensuite, ne cherchez pas à racheter une entreprise à bas coût.

D’abord, choisissez un domaine d’activité qui vous intéresse, qui vous passionne. Cela vous rendra plus persévérant si les difficultés persistent. Ensuite, optez pour une zone géographique, celle où vous souhaitez vous implanter (dans l’idéal).

Choisissez aussi une entreprise qui correspond à vos ambitions : petites ou grande taille. Aucune obligation n’est faite de reprendre une entreprise de grande taille.

Puis, fixez à l’avance l’enveloppe financière que vous allez pouvoir utiliser. Comme pour les ventes aux enchères, ne vous laisser pas tenter au dernier moment par une offre que vous estimez intéressante mais qui se situe au-dessus de ce montant.

Enfin, déterminez le délai de réalisation du projet. Celui-ci vous aidera à structurer votre reprise entreprise en liquidation.

Reprise d’une entreprise en liquidation : étudier le cadre juridique

Une fois vos motivations intrinsèques analysées et vos envies identifiées, la seconde étape consiste à étudier en profondeur le cadre juridique dans lequel s’inscrit l’entreprise. Celui-ci se décline en deux catégories selon la gravité des difficultés financières.

1 – Les procédures à l’amiable

En ce qui concerne les procédures à l’amiable, elles peuvent êtres divisées en deux autres types de procédures :

  • Le mandat ad-hoc
  • La procédure de conciliation.

La première s’exerce lorsque l’entreprise ne se trouve pas en état de cessation de paiement. C’est le chef d’entreprise qui lance la procédure et cette dernière n’est pas rendue publique.
Le juge désigne un mandataire qui va assister le chef d’entreprise dans les démarches. C’est lui qui s’adresse directement aux créanciers et qui traite avec eux. Si un accord est trouvé avec les créanciers, il doit être matérialisé par un acte signé.

La procédure de conciliation concerne, pour sa part, des entreprises qui ne sont pas en cessation de paiements ou qui le sont depuis moins de 45 jours. La procédure est aussi initiée par le chef d’entreprise.
Une période de 4 mois s’ouvre alors pendant laquelle le conciliateur va s’efforcer de trouver un accord avec les créanciers. S’il est trouvé, une ordonnance du Président du tribunal le rend exécutoire

2 – Les procédures collectives

Différentes procédures collectives existent :

  • Sauvegarde
  • Sauvegarde accélérée
  • Redressement judiciaire
  • Liquation.

A noter : pour reprendre une société dans de bonnes conditions, il est nécessaire d’avoir une connaissance profonde des différents cadres juridiques.

Savoir dénicher les informations cachées et lire entre les lignes

Reprendre une société en difficulté ou en cessation de paiements réclame de la prudence, voire de la méfiance.
En effet, un chef d’entreprise, pour que sa structure soit rachetée dans les plus brefs délais, peut être tenté de ne pas tout dire. Il se peut, par exemple, que l’entreprise croule sous des dettes cachées, que certains fournisseurs n’aient pas été payés ou que des échéances bancaires ont été retardées.

Pour contourner toutes ces difficultés, vous devez apprendre à identifier les vices cachés. En outre, il est aussi possible que le chef d’entreprise, pour ralentir la débâcle, ait rogné sur la qualité de sa production par l’achat de matériaux bas de gamme.

En ce sens, soyez méthodique.

Posez des questions précises, recoupez les sources, croisez les informations.
Dans la même idée, ne soyez pas trop isolé. Entourez-vous d’une équipe de conseillers en qui vous avez confiance et de professionnels aguerris. Ces derniers, ayant l’habitude des procédures de ce type, pourront vous aiguiller et vous aider à identifier les zones d’ombre.

N’hésitez pas également à rencontrer les collaborateurs de l’entreprise pour comprendre l’atmosphère. En conclusion, reprendre une entreprise est une démarche autant individuelle que collective.

Reprise d’une entreprise en liquidation : être prêt à beaucoup travailler

Infléchir la trajectoire d’une structure en difficulté réclame beaucoup de temps et d’énergie. En effet, vous allez devoir retrousser vos manches pour réussir la reprise entreprise en liquidation.

Pendant l’année qui va suivre la reprise d’une société, vous allez devoir :

  • Gérer des urgences
  • Trouver des fonds
  • Optimiser des rouages
  • Procéder à des restructurations.

Certaines de vos décisions ne seront pas populaires et déchaîneront les foudres des membres du personnel. Néanmoins, restez positifs en toute situation.

Fixez un cap, imprimez une dynamique et jetez-vous dans la bataille !

Pour réussir la reprise entreprise en liquidation, il convient donc de suivre ces étapes et ces conseils avec attention. Si besoin, faites appel à des professionnels pour vous épauler.

Vous pouvez noter cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Préparez votre création
Téléchargez notre pack création 100% gratuit

Contient 3 documents indispensables :

guide de l'étude de marché
modèle de business plan Word
modèle de plan financier Excel

Entrez vos coordonnées pour recevoir le pack création

Toutes nos félicitations...
Vous venez de télécharger le pack création !