La santé de l’entrepreneur : un enjeu majeur en 4 « S »

5/5 (3)

Les entrepreneurs relèguent souvent leur santé au second plan, préférant gérer en premier lieu les opérations courantes de leur entreprise. Cela est d’autant plus vrai quand ils travaillent seuls.

En faisant passer leur santé au second plan, les entrepreneurs oublient qu’ils sont eux-mêmes leur premier outil de travail et que sans la santé, ils ne pourront plus faire grand-chose pour développer leur business. La santé des entrepreneurs est en ce sens un prérequis à la santé des entreprises.

Evoquons cet enjeu majeur autour de 4 « S » : 3 Soucis de et 1 Solution.

3 Soucis : Stress, Surmenage, Solitude

Le S de Stress.

Le stress de l’entrepreneur est parfois conscient, parfois non. De même, il est parfois dissimulé, parfois palpable.

Mais que soit à cause de problèmes de trésorerie, de problèmes de personnel (conflits, absences, démissions…), ou d’une baisse d’activité, le stress touche tous les chefs d’entreprise.

Les causes de ce fléau sont multiples (voir plus bas le stressomètre entrepreneurial de l’observatoire Amarok) :

  • problème avec un salarié,
  • conflit avec un fournisseur ou avec un client,
  • pression de la concurrence,
  • problème de production ou de qualité,
  • tension avec un associé,
  • problèmes administratifs,
  • panne de matériel,
  • impayés,
  • pression fiscale,
  • mauvais résultats,
  • difficultés de trésorerie,
  • etc.

Les répercussions du stress peuvent elles-aussi être très diverses :

  • insomnies,
  • difficulté à se concentrer,
  • mauvaise alimentation,
  • baisse d’énergie…

Bien qu’il soit inhérent à la gestion d’une entreprise, le stress doit donc être pris au sérieux puisque ses conséquences rejailliront au final sur l’activité de l’entreprise.

Le S de Surmenage.

Etre entrepreneur implique des semaines très chargées. Les heures de travail s’accumulent, et les résultats obtenus ne sont pas toujours ceux escomptés.

Des opérations courantes à l’administratif en passant par l’effort commercial, l’entrepreneur se transforme souvent en « Homme à tout faire » : un véritable homme-orchestre ! Il est la plupart du temps en surrégime… et cela aboutit à du surmenage.

Le burn-out est un phénomène qui est aujourd’hui connu dans le monde salarial, mais les entrepreneurs doivent également y être attentifs. D’autant plus qu’il est souvent plus difficile de mettre le holà lorsque l’on travaille pour soi…bien que cela soit nécessaire. Il en va de la pérennité de l’entreprise.

Le S de Solitude.

L’indépendance est une motivation très courante à l’entrepreneuriat. Etre son propre patron fait rêver. Il existe pourtant un revers à cette médaille : la solitude.

La fin des entretiens annuels d’évaluation est aussi synonyme de la fin des pauses café et des déjeuners entre collègues, ainsi que des évènements d’entreprise.

Les entrepreneurs se retrouvent libres de leur organisation mais seuls face à leurs tracas. La solitude exacerbe alors des sentiments négatifs tels que la peur, la culpabilité devant les échecs du quotidien, la honte de ne pas tout réussir…

Autant de sentiments bloquants et démotivants.

1 Solution : Soi.

Le S de Soi.

Pour faire face à tous ces tracas et économiser sa santé, l’entrepreneur doit impérativement se recentrer et prendre du temps pour soi.

Il est primordial malgré la montagne de tâches à accomplir de s’accorder un peu de temps, que ce soit pour se reposer, faire du sport, lire, sortir ou voir du monde.

Il n’y aura pas un soir où il ne restera rien à faire… il faut pourtant savoir couper pour mieux recommencer le lendemain.

D’autre part, il est nécessaire de se concentrer régulièrement sur de petites satisfactions (hausse des commandes, succès d’un évènement, lancement d’un nouveau projet…) pour rester dans un état d’esprit positif.

Il existe autant de sources de contentement que de stress (voir ci-dessous le satisfactomètre entrepreneurial de l’observatoire Amarok), il ne faut donc pas hésiter à renverser la vapeur !

Stressomètre entrepreneurial

Faire passer son business au premier plan et s’oublier est une attitude classique chez les entrepreneurs, au nom du succès de leur entreprise. Cependant, se mettre en danger mettra également d’une manière ou d’une autre en péril l’activité à plus ou moins court terme.

En situation d’urgence, un pilote d’avion ne tentera pas de mettre le masque à oxygène à tous les passagers avant le sien. En tant que pilote de votre entreprise, oxygénez-vous !

La rédactrice de cet article est Anne-Flore Adam, Docteur en entrepreneuriat, Formatrice et conseillère pour les entrepreneurs.

Vous pouvez noter cet article !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les webinaires de WikiCréa sont là ! Dépêchez-vous... Inscrivez-vous :

Seulement 30€ pour les 8 premiers participants avec le code : web12 !

Bien sûr, vos données restent confidentielles.