L’entrepreneuriat social, qu’est-ce que c’est ?

4/5 (6)

Qu’est-ce qu’un entrepreneur social ? Quelles sont les valeurs de l’économie sociale et solidaire ? Quels sont les secteurs d’activités les plus représentés ? Quels sont les acteurs de l’ESS ? Quel avenir pour l’économie solidaire ?

Voir aussi notre article Créer une entreprise d’insertion par l’activité économique : tout savoir.

Un entrepreneur social, qu’est-ce que c’est ?

Définition : L’entrepreneur social partage des valeurs et principes amenés à développer le tissus économique local, dans le respect de l’humain et de son environnement. Le fonctionnement interne de son entreprise est démocratique et participatif. Les résultats d’activité sont réinvestis afin d’assurer la pérennité de la structure. Les entreprises sociales et solidaires bénéficient d’un cadre juridique spécifique avec la loi n°2014-856 du 31 juillet 2014.

L’entrepreneuriat social : des valeurs fortes !

Les principes fondamentaux de l’Économie Sociale et Solidaire (ou ESS) sont basés sur le volontariat, la démocratie et la place prépondérante de l’homme avant le capital. Le bénéfice n’est alors plus le but, mais un outil de transformation sociétale vers plus d’équité sociale. Cet objectif est porté par :

  • l’égalité,
  • la laïcité,
  • l’utilité,
  • la territorialité,
  • la coopération,
  • la responsabilité collective,
  • la pérennité de l’activité,
  • la liberté d’adhésion,
  • la lutte contre les injustices,

Ces principes sont compatibles avec la grande majorité des secteurs d’activités, répondant à des problématiques territoriales.

Entreprendre en économie sociale : quels secteurs d’activités dominent le marché ?

Les principaux secteurs d’activités de l’économie solidaire sont :

  • L’action sociale : 60%,
  • Les sports et loisirs : 57%,
  • Les activités financières et l’assurance : 30%,
  • Les arts et spectacles : 26%,
  • La santé : 11%.

Tous secteurs confondus, l’économie sociale et solidaire en chiffres c’est 5000 entreprises créées chaque année, qui participent à 10% du PIB. C’est aussi 221 325 établissements employeurs, pour 2,3 millions de salariés en France (Source Atlas de l’ESS 2017 – CNCRES).

Ce sont aussi 13 millions de bénévoles dans les structures associatives (employeuses ou non) et des acteurs de terrain diversifiés.

Entrepreneuriat social : les acteurs et les statuts.

L’entrepreneuriat social recouvre un grand nombre d’acteurs constitués sous différents statuts juridiques.

1) Les coopératives.

Ensemble de personnes ou d’entreprises participant collectivement en actions, et en capital, à l’activité globale de la structure. On compte parmi les coopératives, les Sociétés Coopératives ouvrières de Production (SCOP) et celles d’Intérêt Collectif (SCIC), les Coopératives d’Activité et d’Emploi (CAE), les coopératives d’usagers, etc.

2) Les mutuelles.

Le principe mutualiste est non lucratif et solidaire. Chaque membre apporte une cotisation permettant de financer une couverture prévoyance ou de santé à l’ensemble des sociétaires.

3) Les associations.

Il est ici question d’associations à but non-lucratif (loi 1901 ou 1908). La non-lucrativité n’exclut pas la réalisation de bénéfices, ceux-ci devront cependant servir au seul objectif de subvenir à l’objet de l’association, et ne devront pas être répartis entre les membres.

4) Les fondations.

Elles collectent des fonds privés et les mettent à disposition de structures ou de particuliers, afin de réaliser un objectif d’intérêt général non lucratif. Voir notre article sur les fondations.

5) Les entreprises commerciales.

L’entrepreneuriat social est un secteur en mutation. Ainsi certaines sociétés commerciales peuvent y prétendre, sous certaines conditions :

  • ne pas avoir pour seul objectif le partage des bénéfices,
  • gouvernance démocratique et participative,
  • objectif de pérennisation de l’entreprise, investissement prioritaire du bénéfice au maintien ou au développement de l’activité,

Il est également possible pour ces entreprises de faire une demande d’agrément ESUS (Entreprise Solidaire d’Utilité Sociale), permettant à leurs financeurs une fiscalité avantageuse.

L’entrepreneuriat social et solidaire : quel avenir ?

Dans une société où la quête de sens est au centre de nombreuses préoccupations, l’entrepreneuriat solidaire se présente comme une réponse pertinente. Il permet de repenser les modèles économiques et la société dans son ensemble. Il ouvre des perspectives novatrices en terme d’emplois, de produits et de services.

À la croisée des chemins du lien social, de l’écologie et de l’économie de marché, l’ESS consolide sa présence en tant qu’acteur fort et dynamique. L’économie sociale a su dégager son potentiel, s’ouvrant un passage dans toutes les sphères d’activité (insertion, santé, enseignement, agriculture, énergies, etc.). Présent jusque dans le domaine du numérique et de l’innovation, ce tiers-secteur est incontestablement celui avec lequel il faudra composer pour construire le monde de demain.

Vous avez envie de vous lancer dans l’entrepreneuriat social et solidaire ? Visitez notre article : 30 idées d’entreprises écologiques, sociales, solidaires.

Vous pouvez noter cet article !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les webinaires de WikiCréa arrivent ! Inscrivez-vous :

8 participants par session de 1h30

Bien sûr, vos données restent confidentielles.