2018, une bonne année pour entreprendre ?

5/5 (2)

Est-ce une bonne idée de créer une entreprise en 2018 ? Faut-il entreprendre en France en 2018 ? Comment mettre toutes les chances de son côté lorsqu’on entreprend ?

Depuis la fin 2017, la création d’entreprise a le vent en poupe. On compte entre 1500 et 2000 nouvelles créations d’entreprise chaque jour en France, un chiffre qui ne cesse d’augmenter.

Dans un environnement économique dégagé et un contexte politique clarifié, les porteurs de projet semblent avoir retrouvé confiance et souhaitent passer au concret.

Voyons quelles sont les perspectives pour la création d’entreprise en France en 2018.

Création d’entreprise : les clignotants sont au vert.

Depuis quelques mois, de nombreux signaux sont apparus qui incitent à la création d’entreprise. Les voici.

1) La croissance est de retour.

La France connaît actuellement la plus forte croissance observée depuis 2011: 1,9% en 2017 selon l’INSEE. Une tendance qui devrait se confirmer voire s’amplifier en 2018, suivant le même rythme de progression que l’économie allemande.

2) Une stabilité politique pour les 4 prochaines années.

La France a vécu en 2017 une intense période électorale, qui a pesé sur l’économie, la consommation et les décisions d’investissement. Ces échéances passées, une période de 4 années de stabilité semble s’ouvrir. Idéal en terme de visibilité lorsqu’on créée une entreprise !

3) La période des attentats semble derrière nous.

Les attentats majeurs que la France a connu depuis 2015 ont pénalisé les entreprises, notamment dans le secteur du commerce et du tourisme. Avec la perspective de la fin de la guerre au Moyen-Orient, cette période semble derrière nous.

4) Des réformes “pro-entreprise”.

Le gouvernement d’Edouard Philippe a lancé en 2017 une série de réformes visant à encourager la création d’entreprise :

  • augmentation des plafonds de la micro-entreprise (ex-auto-entreprise) : lire notre article dédié,
  • réforme du RSI : voir notre article,
  • réforme de l’assurance chômage, qui devrait permettre aux salariés de démissionner tout en conservant leurs allocations chômage en cas de création d’entreprise,
  • diminution progressive de l’impôt sur les sociétés,
  • soutien à l’innovation,
  • volonté de faire baisser le coût du travail,
  • enfin, tous les créateurs d’entreprise seront éligibles à l’Accre à compter du 1er janvier 2019 (exonération de charges sociales).

Il faut toutefois relativiser l’ampleur de ces réformes dont les effets ne se verront que progressivement, en espérant qu’ils soient tous positifs.

5) Un climat général favorable à la création d’entreprise.

La France est une véritable terre d’entrepreneuriat et le climat actuel est favorable à la création et à l’investissement.

  • Avec la création de la French Tech et de la Banque Publique d’Investissement (BPI), la France mise sur l’innovation et encourage la création de start-up depuis plusieurs années déjà.
  • L’artisanat et l’industrie profitent de l’engouement populaire pour le Made in France.
  • La productivité dans l’industrie se redresse.
  • De nouvelles sources de financement apparaissent.

Bref, on assiste à une véritable dynamique française, alors que les Etats-Unis et l’Allemagne semblent de plus en plus douter de leur atouts.

Les nuages noirs qui persistent.

Il faut noter la persistance de quelques nuages noirs, qui pourraient potentiellement impacter l’économie et les entreprises françaises :

  • Le pouvoir d’achat des ménages reste à un niveau faible,
  • Des mouvements sociaux restent possibles en fonction de la politique du gouvernement,
  • Le Brexit, la crise catalane et les mésententes au niveau européen pourraient menacer le fonctionnement du marché unique,
  • La formation de bulles financières risque de provoquer une crise financière dont les effets pourraient être aussi importants que ceux de la crise de 2008,
  • L’accès aux financements reste toujours très compliqué pour les TPE et PME.

Dans quel secteur entreprendre ?

Certains secteurs de l’économie française sont reconnus pour leur dynamisme :

  • Les services aux entreprises et le bien-être,
  • Le secteur des services à la personne,
  • L’artisanat et les métiers d’art,
  • L’export,
  • L’innovation et les start-up,
  • Enfin la France est particulièrement compétitive dans les secteurs traditionnels du luxe, de la cosmétique, du tourisme, de l’aéronautique ou encore de l’agroalimentaire.

Au contraire, certains secteurs sont en stagnation :

  • le commerce subit la concurrence d’internet et la stagnation du pouvoir d’achat des ménages,
  • l’industrie traditionnelle est toujours en repli,
  • la construction connaît des cycles toujours plus marqués.

Voir aussi nos articles : 165 idées de création d’entreprise, 75 idées de start-up, 30 idées de création d’entreprise pour les femmes35 idées d’entreprise sur internet, 25 idées de création d’entreprise originales.

Bien préparer sa création d’entreprise.

Ce n’est pas parce que le climat actuel est favorable à la création d’entreprise que le taux d’échec diminue, bien au contraire.

Dans une économie ultra-concurrentielle, les créateurs sont plus que jamais exposés aux risques de l’entrepreneuriat :

  • isolement,
  • manque d’information et de formation,
  • absence de concept et de modèle économique durable,
  • défaut de compétences,
  • manque de ressources financières ou humaines.

Le métier de chef d’entreprise nécessite beaucoup de préparation, de détermination et d’ouverture. L’entrepreneur doit rester focalisé sur les besoins du client ; il doit savoir maîtriser les risques et se remettre en cause. Tout cela s’apprend.

WikiCréa est là pour vous aider !

Bonne année et bonne chance !

 

Voir aussi notre article :

Vous pouvez noter cet article !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Profitez du code de réduction :
WCREA12

d'un montant de 20€ pour créer votre SASU en ligne
ou pour vous former via notre FORMATION en ligne

Entrez votre adresse e-mail pour être redirigé

Redirection en cours ...