Qu’est-ce qu’un amortissement ?

4.33/5 (3)

Qu’est-ce qu’un amortissement en comptabilité ? Quelles dépenses ou investissements peut-on amortir ?

L’amortissement est le mécanisme d’étalement du coût d’une immobilisation sur sa durée d’utilisation. Les immobilisations sont les biens acquis durablement par l’entreprise pour ses besoins essentiels.

Exemple : une entreprise de transport achète début 2017 un nouveau camion pour un coût de 100 000 €. Même si la somme est déboursée en totalité au moment de l’achat, il ne serait pas juste, comptablement, de constater cette dépense sur la seule année 2017. En effet, le camion va être utilisé en 2017, mais aussi les années suivantes. On estime que la durée de vie du camion est de 5 ans. On va donc amortir, comptablement, le coût d’achat du camion sur 5 ans :

  • 20 000 € sur 2017
  • 20 000 € sur 2018
  • 20 000 € sur 2019
  • 20 000 € sur 2020
  • et enfin 20 000 € sur 2021

Les amortissements permettent aussi de constater la dépréciation annuelle de la valeur des immobilisations : cette dépréciation peut être due au vieillissement du matériel, mais aussi à d’autres facteurs comme la nécessité de renouveler périodiquement une opération.

En l’occurrence, il est prévu d’acheter un nouveau camion d’ici 5 ans.

Le mécanisme de l’amortissement.

L’amortissement constaté chaque année dans les comptes vient en déduction du bénéfice imposable.

L’amortissement peut être :

  • soit linéaire : le montant de l’acquisition est éclaté en parts égales correspondant au nombre d’années d’amortissement,
  • soit dégressif : le montant de l’amortissement est plus élevé au cours des premières années.

Les principales notions liées au mécanisme de l’amortissement sont les suivantes :

  • la valeur d’origine : c’est la valeur initiale du bien acquis ou de la dépense effectuée,
  • la valeur nette comptable : c’est la différence entre la valeur d’origine et les amortissements déjà effectués.

Quelles dépenses peut-on amortir ?

Les catégories de dépenses suivantes donnent lieu à amortissement :

  • Certaines valeurs incorporelles si l’on juge que leurs effets positifs prendront fin à une date déterminée. Par exemple : brevet d’invention, licence, logiciels, sites internet, frais d’établissement, etc.
  • Les immobilisations incorporelles :
    • constructions,
    • travaux,
    • agencements,
    • installations techniques,
    • matériel et outillage professionnel,
    • véhicules de transport,
    • matériel et mobilier de bureau (ordinateurs, imprimantes…),
    • à noter que les biens dont la valeur d’acquisition est inférieure à 500 € HT peuvent être passés directement en charge, sans être amortis.

A contrario, on ne peut pas amortir les éléments suivants :

  • le droit au bail,
  • l’achat d’un fonds de commerce,
  • l’achat de terrains,
  • le dépôt d’une marque.

En effet, ces éléments n’ont pas vocation à se déprécier dans le temps : un fonds de commerce par exemple devrait plutôt voir sa valeur augmenter avec les années.

Quelle durée d’amortissement ?

La durée d’amortissement varie selon la nature du bien à amortir ; elle doit normalement correspondre à la durée réelle d’utilisation du bien par l’entreprise. Les PME sont autorisées à appliquer les règles d’usage de l’administration en matière d’amortissement, à savoir :

  • mobilier : 10 ans,
  • matériel : 6 à 10 ans en fonction des caractéristiques du bien,
  • outillage : entre 5 et 10 ans,
  • matériel et véhicules de transport : entre 4 et 5 ans,
  • ordinateurs et logiciels : 3 ans.

Vous pouvez noter cet article !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Préparez votre création
Téléchargez notre pack création 100% gratuit

Contient 3 documents indispensables :

guide de l'étude de marché
modèle de business plan Word
modèle de plan financier Excel

Entrez vos coordonnées pour recevoir le pack création

Toutes nos félicitations...
Vous venez de télécharger le pack création !